“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Maecha Daroueche : Je suis très content de mon métier

Mis à jour le 18/08/2018 à 05:08 Publié le 18/08/2018 à 05:08

Maecha Daroueche : Je suis très content de mon métier

« Dans les rues où je travaille, je connais presque tout le monde.

« Dans les rues où je travaille, je connais presque tout le monde. J'ai de bons contacts avec les habitants. Pendant un an et demi, j'ai été très malade, et les gens se faisaient du souci pour moi. Ils me téléphonaient pour demander de mes nouvelles », confie Maecha Daroueche, 58 ans.

Ce cantonnier couvre, cinq jours par semaine, de midi à 19 h, le secteur entre la place d'Armes et la rue Princesse Caroline. Il lave la place après le marché et entretient le reste du secteur équipé d'une pelle et d'un balai. Il se rappelle en riant du jour où un touriste lui a demandé s'il avait « le droit de fumer sa cigarette ici parce qu'il ne voyait pas un mégot traîner par terre. Il était sérieux ! ».

Comorien arrivé en France en 1991, Maecha Daroueche est entré à la SMA le 8 mai 1991. « Un collègue de mon frère m'a proposé de postuler à la SMA car ils cherchaient du personnel. J'ai commencé à la benne. Puis en 1992, j'ai effectué des remplacements de cantonnier. Ensuite, on m'a mis à la Condamine », explique celui qui travaille pour la SMA depuis maintenant vingt-sept ans. « Je suis très content de mon métier ; la preuve, je n'ai jamais demandé à aller ailleurs et je vais finir ma carrière ici », affirme-t-il.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.