“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

M.-C. Thouret : Défendre le bien collectif de ma commune

Mis à jour le 18/01/2019 à 05:07 Publié le 18/01/2019 à 05:06

M.-C. Thouret : Défendre le bien collectif de ma commune

L’agenda de la maire de Sospel est chargé, entre la construction de la nouvelle route pour désenclaver les hameaux sinistrés, les gros projets qui démarrent et la volonté de repartir aux Municipales

Depuis le début de son premier mandat en 2014, Marie-Christine Thouret a dû faire face à de nombreuses embûches : administratives, techniques et humaines aussi ! Pas facile de débarquer dans une mairie « où l’on ne m’attendait pas » pour reprendre les rênes et tenter d’imposer sa vision des choses. Ce ne fut pas chose aisée à Sospel, mais aujourd’hui, l’élue assume la tête haute et annonce qu’elle se représentera aux prochaines élections municipales de 2020. Loin d’être une « addict de la politique », elle veut néanmoins achever les projets qu’elle a entamés et faire que l’intérêt collectif l’emporte dans le village de la Bévéra.

Le point sur les gros dossiers de 2019.

Les « Déroutés » bientôt raccordés

C’est le dossier épineux de 2018, dont Marie-Christine Thouret se serait bien passée ! Depuis l’éboulement qui a détruit la route de Béroulf en avril dernier et privé d’accès les habitants des hameaux, la maire a eu à gérer une situation encore loin d’être réglée. Ainsi, après la phase délicate de la gestion humaine, il a fallu s’occuper du lit de la Bévéra entravée par le glissement de terrain. De lourds travaux qui viennent de s’achever. Aujourd’hui, c’est la route qui doit être reconstruite et tout le secteur sécurisé.

La construction de la route : « Trois tracés avaient été envisagés avec le Département qui nous offre toute sa disponibilité et sa technicité. Mais nous n’avons finalement qu’une seule possibilité : ce sera une nouvelle piste entièrement créée, qui rejoindra le haut de la route de Béroulf par le quartier Gerbaï, une voie en terre d’un kilomètre environ, qui ne pourra pas être goudronnée pour des raisons environnementales. Pour cela, nous sommes en train de refaire le pont afin que les engins puissent passer. L’appel d’offres pour la création de la route est en cours, les travaux doivent commencer à la mi-février. Dès avril, nous avions annoncé un nouvel accès dans un an, ce sera normalement le cas. »

La sécurisation du secteur se poursuit : « Il y a un autre volet complexe à gérer : comment ce secteur désormais décomprimé va-t-il évoluer ? Sera-t-il stable ? Faut-il protéger des habitations ? Des études géotechniques et géophysiques, menées en parallèle, sont en cours et les résultats doivent être livrés à la fin janvier pour orienter la suite des études et des opérations. »

Le coût depuis le début de l’événement : « Nous en sommes à plus de 2 millions d’euros. Heureusement, la commune a reçu l’annonce fin décembre de la part de l’État qu’elle bénéficiera d’un fonds de solidarité de 600 000 euros, mais ce sont des dossiers administratifs extrêmement lourds à monter ! Nous solliciterons aussi le Département. Néanmoins, nous n’aurons le montant réel de la nouvelle piste qu’au fur et à mesure des études géologiques qui évoluent avec les sondages réalisés sur le terrain. La variabilité peut s’étendre sur un kilomètre. »

La gestion humaine :

« Le facteur humain est pris en compte depuis le début. Le quartier est agréable à vivre, mais la sécurité des habitants reste notre priorité. Il n’est pas exclu que nous devions procéder à des expropriations. »

Le Plan local

d’urbanisme (PLU)

à l’automne

« Avec mon équipe municipale, nous venons d’élaborer le PLU. Le pré-projet devrait être voté à la fin du mois de janvier. Il sera suivi de l’enquête publique et probablement validé pour l’automne », annonce la maire.

Ce qu’il prévoit : « Nous avons mené une réflexion d’ensemble au niveau de la commune pour lier l’humain, l’environnement et l’activité économique. Nous souhaitons une ouverture très raisonnable à l’urbanisation tout en favorisant les espaces agricoles, avec un mode de circulation doux et en travaillant sur l’existant, au cœur du village. »

Parmi les priorités : favoriser l’agriculture comme activité économique, restaurer les restanques et les oliveraies, développer le logement par le biais d’opération d’aménagement programmé avec planification d’une mixité sociale…

Le logement social : « Sospel souffre des pénalités de la loi SRU (loi Solidarité et Renouvellement urbain, NDLR) qui représentent un coût de 50 000 euros sur l’année. La commune devrait être autour des 400 logements sociaux, or elle n’en a que 70. Le problème, c’est que nous n’avons pas de terrains communaux constructibles et mobilisables au cœur du bourg, et dans le privé, ils sont beaucoup trop chers. De surcroît, Sospel a la double peine avec les restrictions de la loi Montagne ! C’est difficile d’être sanctionné pour quelque chose qui dépasse notre volonté et notre capacité… »

Une opération à l’horizon : « Cette année, un programme de 32 logements sociaux construits par Erilia entre la gendarmerie et l’hôpital doit démarrer et se concrétiser à horizon 2020. »

L’école maternelle

lancée cette année

C’est parti ! L’architecte a été retenu et le permis de construire sera déposé au printemps. Les travaux pourraient commencer dès la fin de cette année.

Le projet : « Cette nouvelle école est une véritable nécessité au regard de l’augmentation des effectifs. Elle va permettre de meilleures conditions d’accueil et de confort pour tous les écoliers de Sospel. Car, aujourd’hui, les récréations sont échelonnées, la salle de motricité trop exiguë d’autant qu’elle accueille le dortoir des petits. Nous avons mené une longue réflexion sur l’implantation du bâtiment pour ne pas avoir à dissocier les établissements maternel et élémentaire, car nous étions confrontés à un problème budgétaire de fonctionnement, notamment pour la garderie périscolaire. Du coup, l’école maternelle sera construite sur les deux anciens pavillons militaires municipaux, qui vont être entièrement démolis. Et l’école élémentaire retrouvera tout son espace et deux salles de classe supplémentaires. »

Les délais et le coût : « Nous espérons une ouverture à la rentrée 2020. Le montant de l’école est évalué à plus de deux millions d’euros, la commune va bénéficier d’une aide du Département, de l’État, de la Région et de la Carf. »

Une nouvelle

gendarmerie et

une station-service

Ce sont deux projets d’envergure qui vont voir le jour dans la commune, deux opérations indispensables pour la population. La construction de la gendarmerie, pilotée par la Carf, doit commencer au printemps, tandis que la station-service sera implantée dans la zone d’activités et ses travaux sont également prévus dans quelques mois.

Équipements

sportifs

« Nous travaillons sur la valorisation de certains équipements sportifs situés dans la commune : cela concerne le site d’escalade, le City stade du centre du village que nous allons rénover et les tennis, qui feront partie d’un projet plus important. »

Un second mandat ?

« Je me représente dans une logique de poursuite de ce que j’ai commencé… et de réflexion pour le futur. Je ne regarde jamais en arrière, j’aime apprendre et avancer. Pourtant, je sors d’un mandat qui a été difficile depuis le départ, au quotidien, les contraintes et restrictions exigées en tant que maire ne sont pas toujours comprises par tout le monde. Et moi j’arrivais de nulle part ! Mais, comme dans mon métier, je suis passionnée et toujours tournée vers les autres. Pour moi, la politique c’est de l’anticipation. Il faut savoir défendre le bien collectif sur le long terme qui est souvent différent de l’intérêt privé au quotidien. »

« Pour cela, je souhaite repartir avec une équipe de gens spontanés et intéressés par leur commune qui se présente à mes côtés, dénuée d’intérêt particulier et à l’esprit bénévole. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct