Rubriques




Se connecter à

Louis de Causans: "Un goût d’injustice et le sentiment d’avoir été spolié de notre héritage"

Le comte Louis de Causans, un descendant du prince Honoré III, nous explique pourquoi il estime que sa famille a été "spoliée de son héritage" par le gouvernement français qui aurait modifié les règles successorales au début du XXe siècle pour l'écarter du trône de Monaco.

Cédric Vérany Publié le 24/08/2018 à 08:30, mis à jour le 24/08/2018 à 08:06
Le comte Louis de Causans, photographié dans son appartement parisien devant un portrait de son ancêtre Grimaldi, le prince Honoré III. Photos Arnaud Dumontier/MAXPPP

Pourquoi lancer cette démarche aujourd’hui?
Même si le temps a passé, c’est un combat familial, initié à son époque par mon arrière-arrière-grand-père. Dans notre famille, cet épisode a toujours eu un goût, non pas de rancœur, mais d’injustice. L’injustice et le sentiment d’avoir été spoliés de notre héritage. L’État français, au regard de la loi, aujourd’hui, se doit de donner une réponse dans un délai de deux mois et ne peut pas enterrer l’affaire. Et mon avocat a très précisément étudié le dossier.

Ce que vous dites, c’est que le geste du prince Albert Ier de légitimer l’enfant naturel du prince Louis II était un choix dicté par la France?
En effet, j’ai en ma possession des courriers, échangés entre le prince Albert Ier et mon arrière-grand-père, qui en attestent. Lettres que j’ai d’ailleurs publiées en 2004 dans un ouvrage. La France a préféré créer une nouvelle branche chez les Grimaldi plutôt que de respecter l’ordre de succession qui était établi.

 

Quels contacts avez-vous avec le prince Albert II?
Je n’en veux pas au prince Albert II, ni à ses sœurs, qui ne sont pour rien dans ces choix. Il y a eu à une époque une interdiction de séjour pour notre famille en Principauté, mais le souverain, ces dernières années, y a invité notre famille à plusieurs reprises.

Dans cette affaire, vous relevez un préjudice moral, mais également financier. Vous estimez que vous auriez pu toucher des revenus de la Principauté?
Tout a une valeur, et celle que nous avons estimée pour ce préjudice est certes conséquente, mais assez mince si on compte les années où nous aurions pu bénéficier de revenus de la Principauté. La France a causé ce préjudice en se mêlant d’affaires familiales et en forçant le souverain monégasque de l’époque à agir de la sorte. Il me semble normal qu’elle répare ce préjudice.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.