“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Loin des yeux mais 84 toujours près du coeur Ils ont vécu le départ du rallye de la Fan zone

Mis à jour le 25/01/2019 à 05:18 Publié le 25/01/2019 à 05:17
Les pilotes ont désormais des numéros fixes de leur choix. Mikkelsen a choisi le 89, année de sa naissance.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Loin des yeux mais 84 toujours près du coeur Ils ont vécu le départ du rallye de la Fan zone

Les premières Spéciales autour de Gap ont été suivies attentivement depuis une Fan zone inédite à Monaco. Demain, les As du volant débarquent dans les Alpes-Maritimes avec des nouveautés

Un concours de circonstances a bouleversé les habitudes, cette année sur le Rallye Monte-Carlo. Les célébrations de la Sainte Dévote, prévues ce week-end en Principauté, ont notamment poussé à une délocalisation du départ à Gap.

Exit la traditionnelle présentation des pilotes et de leurs bolides, en avant-première, sur la place du Casino. C’est donc, par anticipation, au dernier salon de Birmingham que le promoteur de la WRC a dévoilé le plateau de cette saison très attendue avec le retour de Loeb, le titre à défendre d’Ogier et des morts de faim comme Neuville et Tänak en embuscade.

Une saison palpitante en perspective, dont le Rallye Monte-Carlo reste le hors-d’œuvre et, il faut bien le dire, le chef-d’œuvre.

Dès demain, et jusqu’à dimanche, l’asphalte des Alpes-Maritimes sera le juge de paix de ces As du volant.

Alors avant d’enfiler vos vêtements les plus chauds et partir à la recherche du meilleur spot [lire page 36] pour suivre cette bataille de l’asphalte, Christian Tornatore, commissaire général de l’épreuve, dévoile les nouveautés de cette saison.

Des changements pas si anodins que ça et qui marquent même un virage pour certains.

De nouveaux numéros pour les concurrents

C’est accessoire mais ça pourrait bien perturber quelques fans en bord de route. « Les pilotes prioritaires ne sont plus numérotés 1, 2, 3, 4, 5, ils peuvent choisir leur numéro », prévient Christian Tornatore.

Déjà répandue dans le domaine du sport, en Formule 1 comme en football, cette liberté a conduit des pilotes à choisir par logique, par superstition, voire par hasard.

Champion du monde en titre, Sébastien Ogier (Citroën C3) a ainsi décidé d’arborer le n° 1. Andreas Mikkelsen (Hyundai i20), lui, a opté pour le 89, année de sa naissance.

Sébastien Loeb (Hyundai i20) a quant lui flanqué un 19 sur sa carrosserie. « 1 » pour rappeler qu’il a été le numéro 1 ; « 9 » comme le nombre de fois où il a été champion du monde.

En revanche, pas d’explication au n° 33 choisi par Elfyn Evans (M-Sport Ford Fiesta). Toujours est-il que ces numéros fixes sont à retenir pour vous spectateurs qui guetterez leurs passages depuis votre spot.

Un championnat dans le championnat

« La FIA a décidé de créer un championnat WRC2 Pro, ça n’a pas eu tellement de succès puisqu’on a que deux engagés, mais peut-être que ça va progresser. C’est ce que la FIA espère. C’était, secrètement, pour faire revenir des constructeurs vers le championnat du monde. »

En l’occurrence, seule une Ford pilotée par le Britannique Gus Greensmith et une Škoda confiée au Finlandais Kalle Rovanpera sont engagées. Cette nouvelle catégorie permet à la marque d’obtenir des points supplémentaires au championnat constructeur.

Sous-catégorie sur le papier, la WRC2 Pro offre tout de même une visibilité à deux « très bons » pilotes sur ce Monte-Carl’. Ils partiront au milieu des voitures les plus puissantes.12 WRC et 31 R5 sont d’ailleurs en lice. « C’est un superbe plateau constitué pour moitié de voitures très puissantes », se félicite Christian Tornatore.

Une Spéciale de moins et un parcours plus ramassé

Ce n’était pas une demande expresse de la Fia mais l’Automobile Club de Monaco a pris l’initiative de réduire considérablement le kilométrage de cette 87e édition.

« L’année dernière, nous avions pratiquement 400 km d’épreuves spéciales, nous sommes descendus à 325. C’est aussi le sens que la FIA voulait donner à tous les organisateurs, à savoir compacter un peu plus les rallyes pour réduire les coûts d’entretien et de fonctionnement. » Des kilomètres « grattés » en enlevant une Spéciale et quelques reconnaissances.

Mais pas moins de spectacle !

Ils auraient préféré flirter de près avec les lignes épurées des bolides. Sentir le souffle des pots d’échappement au départ de la place du Casino. Tutoyer de près les favoris de ce 87e rallye Monte-Carlo, ces deux infatigables Sébastien, Ogier et Loeb pour ne pas les citer. Mais, comme expliqué récemment dans nos colonnes, point de départ symbolique de Monaco. Tout se fait de Gap dans les Hautes-Alpes. La « faute » à une concordance des dates avec les célébrations religieuses de la Sainte Dévote. Alors, hier soir, ils étaient des dizaines à avoir répondu présents sur le port Hercule où l’Automobile Club de Monaco a imaginé une mini « Fan zone ».

Écran géant, socca, bières, sucreries… Le tout gratuitement, de quoi attirer les gourmands en plus des passionnés de belles mécaniques. « C’est une manifestation qui a été montée rapidement, en quelques jours. Le seul bémol, c’est que nous avions prévu plus de monde, commente Michel Boéri, sur place. Sur le fait qu’il n’y ait pas le départ à Monaco, c’est qu’on est respectueux des institutions, du catholicisme qui est religion d’État. On s’est inclinés, ils ont la priorité c’est tout à fait normal. Il n’y aura plus de conflit de dates l’année prochaine. »

« Ne pas entendre le bruit des moteurs, ne pas sentir les odeurs, c’est forcément toujours un peu frustrant. Mais avec cet écran géant, on n’est pas enfermé devant la télé », sourit Gilbert Pastor, résident monégasque. À 18 h 50, justement, les commentateurs et intervieweurs de Monaco Info prennent l’antenne de la place centrale de Gap. Après le fameux spectacle pyrotechnique, voici venu le temps du départ symbolique. Une à une, les 84 voitures montent sur l’estrade pour s’élancer vers La Bréole, lieu de la première spéciale nocturne.

Au micro, tous y passent. Les cadors tout comme les amateurs. À l’instar du clan Dessi, seul équipage monégasque en lice, qui salue le public amassé sur le port. « Ils ont l’air d’avoir froid. En tout cas, Marc va se faire plaisir sur ce terrain piégeux, lui qui aime la glisse », commente un membre de l’ACM. Un autre spectateur fan de rallye, Dylan, embraye : « Le choix des pneus va être stratégique car, apparemment, il y a des portions verglacées, d’autres avec de l’asphalte sec ou de la neige molle. »

20 h 38. L’espace de la fan zone s’est considérablement vidé alors même que Sébastien Ogier prend le départ de la première spéciale.

En différé d’une heure sur la chaîne monégasque. Une carrosserie qui flirte avec le vide, des pointes à 180 km/h en ligne droite. Ces gars-là n’ont peur de rien. À mesure que les virages défilent, les réactions du public se font plus fortes, plus pressantes, plus passionnantes. Un favori pour ce rallye ? « Il faut déjà voir le placement après les deux spéciales, s’il y a ou non des surprises. Je vois bien un trio Tänak, Ogier et Loeb », analyse Alain. Au terme de la première spéciale, ce fin pronostiqueur n’est finalement pas loin du compte.

Jo Lillini/ACM
300 commissaires de sécurité sont sur le terrain pour assurer la sécurité du public.
300 commissaires de sécurité sont sur le terrain pour assurer la sécurité du public. ACM/Jo Lillini
Jean-François Ottonello
Pour attirer du monde, l’ACM avait prévu des stands de nourriture gratuits.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.