“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Logement : ce qui oppose Primo et Union monégasque

Mis à jour le 30/01/2019 à 05:06 Publié le 30/01/2019 à 05:06
Jean-Louis Grinda, élu Union Monégasque, a invité la presse au Conseil national. L’occasion d’expliquer sa position sur la politique du pays et... le logement.

Jean-Louis Grinda, élu Union Monégasque, a invité la presse au Conseil national. L’occasion d’expliquer sa position sur la politique du pays et... le logement. Jean-François Ottonello

Logement : ce qui oppose Primo et Union monégasque

Alors que la question sur la construction des Domaniaux semblait avoir trouvé une réponse entre Conseil national et gouvernement, Jean-Louis Grinda adopte une position qui dénote

La crise du logement à Monaco ? À l’occasion de ses vœux à la presse, Jean-Louis Grinda a lancé une idée dissonante après le satisfecit général du Conseil national et du gouvernement princier, le 19 décembre dernier, et le vote unanime des élus en faveur du budget primitif 2019. Du jamais vu depuis trente-cinq ans.

Après la trêve des confiseurs et la lente reprise, l’élu de la minorité Union monégasque comprend qu’il y a des foyers monégasques qui ont besoin d’un logement adapté à la composition de la famille. Mais il jette un pavé dans la mare.

« Que je sache, je n’ai pas vu de gens sous les tentes ! Tout le monde se loge. Je voudrais bien savoir la réalité des choses. Est-ce que tous les appartements des Domaines sont occupés ? Arrêtons de ne pas dire les choses. Combien de gens vivent en dehors de Monaco ? Au lieu de nous invectiver, je demande une opération globale pour savoir ce qu’il en est vraiment. Il faut avoir le courage d’affronter ce problème et d’aller jusqu’au bout. Si ce que je dis est un fantasme, qu’on me le dise ! »

Stéphane Valeri : « La pénurie »

Voici des mots qui contrarient la volonté farouche du président du Conseil national qui a obtenu du Ministre d’État Serge Telle la construction de 730 logements d’ici quatre ans !

Il y a à peine plus d’un mois, Stéphane Valeri expliquait : « Lorsque nous avons été élus le 11 février 2018, n’étaient programmés pour les années à venir, qu’environ 200 logements domaniaux en tout et pour tout. Ce qui était très insuffisant. Monsieur le Ministre d’État,...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct