“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Like Bike : le vélo dans tous ses états

Mis à jour le 04/06/2016 à 05:03 Publié le 04/06/2016 à 05:03
Parmi les exposants, la maison belge Ecce présente un vélo urbain au design novateur… qui existe en  version tout bois.

Parmi les exposants, la maison belge Ecce présente un vélo urbain au design novateur… qui existe en version tout bois. Cyril Dodergny

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Like Bike : le vélo dans tous ses états

Jusqu'à dimanche, une centaine d'exposants réunissent au Grimaldi Forum toutes les tendances du vélo. Un objet vu, aussi, comme un produit de luxe

Qui a dit que le luxe se cachait simplement dans les belles voitures, les belles montres et les riches bijoux. Avec la deuxième édition de Like Bike, démarrée hier au Grimaldi Forum, le vélo montre que lui aussi, il peut être un produit de prestige.

« Ce que nous voulons, c'est montrer l'exception, l'âme derrière le produit. Et le travail de design et de technologie », confie l'organisateur Wladimir Singer. Qui rassemble pour son événement une centaine d'exposants qui font dans la petite reine. Du classique. Au technique. En passant par quelques « folies » de créateurs.

À l'image de « Opus », vélo star de la maison belge Ecce Cycles. Le designer Pierre Lallemand et le concepteur Michel Leempoel ont cassé les codes du vélo classique pour imaginer un cadre comme une virgule - aucun lien avec Nike -, qui semble faire flotter la selle sur cette monture d'un aérodynamisme et d'un chic assez remarquable. « C'est un vélo qui existe en trois tailles, urbain, fait pour la détente et un peu la frime, qu'on peut aussi exposer », glisse le manager de la marque Thomas Leclere. Le modèle premium est réalisé au Pays Basque, avec un cadre entièrement en bois mêlant des essences de noyer, érable et pin.

Un vélo redoutable qui a un prix : entre 16 000 et 18 000 euros le modèle en bois (fait main) et autour de 9 000 euros celui en carbone.

Électrique ou pliable

Un peu plus loin, la marque française Moustache, installée dans les Vosges joue la carte vintage avec des bicyclettes électriques. La ligne ressemble aux « mobs » d'antan mais permet un déplacement écolo (coût entre 2 500 et 4 000 euros). Le designer Philippe Starck en est fan et a commandé à l'équipe un modèle avec des grosses roues pour rider sur les plages du Cap Ferret…

Autre tendance, britannique cette fois, celle de la marque Brompton. Qui produit depuis quarante ans en Angleterre un vélo pliable, roi dans sa discipline. En trente secondes la monture est pliée ou dépliée comme une tente Quechua. « Le vélo est conçu en trois morceaux et ne pèse que douze kilos. C'est aujourd'hui le plus compact et le plus fiable du marché, où tout est optimisé ». Un produit, d'abord conçu pour les bateaux, mais qui attire aussi les urbains - on peut le plier et le porter comme une valise cabine - mais aussi les voyageurs qui peuvent le glisser dans un bagage. La gamme de couleur pop finie de mettre en avant les qualités de cette bécane qui fait figure de must-have dans la panoplie du mec branché. Et le prix en fait un des plus abordable du salon : entre 1 000 et 1 500 euros.

Et pour ceux qui n'ont pas le portefeuille adapté, il est quand même possible de tester, jusqu'à demain, tous ces vélos sur une piste indoor aménagée entre les stands. Il faudra juste payer le ticket d'entrée.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.