“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

L'Hôtel des ventes célèbre l'art et l'histoire russes à Monaco

Mis à jour le 21/07/2016 à 05:12 Publié le 21/07/2016 à 05:12
À très grande majorité russe, l'assistance a trouvé le soutien d'une traductrice pour rester au plus près des ventes et ne pas rater les objets d'art sur leur liste d'achat.

À très grande majorité russe, l'assistance a trouvé le soutien d'une traductrice pour rester au plus près des ventes et ne pas rater les objets d'art sur leur liste d'achat. Michael Alesi

L'Hôtel des ventes célèbre l'art et l'histoire russes à Monaco

Hier soir, Monte-Carlo a accueilli une vente aux enchères chargée d'histoire. Organisée par HVMC, elle a réuni 300 lots et de nombreux acheteurs bien décidés à faire de belles acquisitions

Tout ce qui brille n'est pas d'or. Pas seulement... La vente d'art russe, organisée par l'Hôtel des ventes de Monte-Carlo (HVMC), offrait un avant-goût de l'histoire de ce vaste pays par-delà l'Oural.

Le salon Bellevue du Café de Paris s'est changé en cabinet de curiosités le temps d'accueillir tous ces trésors du temps des tsars.

44 objets de Fabergé

Cyrille Boulay, spécialiste des souvenirs historiques, a confié pour la troisième année consécutive son expertise à HVMC. Cette fois-ci, la vente a réuni près de 300 lots, un chiffre conséquent compte tenu de la rareté de certaines pièces.

« Nous proposons 44 objets de Karl Fabergé : des étuis à cigarettes, un service à thé, des cadres… D'habitude, nous arrivons à en réunir cinq ou six au maximum. »

Autre singularité : les provenances des objets sont diverses et elles-mêmes porteuses d'une histoire. Certains lots sont ainsi des cadeaux du tsar Nicolas II à des officiels français, que leur descendance a conservés jusqu'à ce jour. On trouve ainsi une tabatière impériale sertie de roses de diamant, estimée à 100 000 e.

Ou encore un cadeau de mariage fait à Xénia Alexandrovna, grande duchesse de Russie et sœur du tsar : une icône de voyage en triptyque présentant une scène de l'Annonciation.

Au téléphone ou sur internet, pas besoin d'être sur place pour dénicher les plus grands trésors. Seulement, à vente exceptionnelle, voyage exceptionnel. « Des acheteurs importants sont venus mettre les pieds à Monaco pour la première fois, juste pour ces enchères. »

Les Russes rachètent l'art russe

Les lots vendus ne s'éloigneront pourtant pas de leurs racines historiques. « Les objets russes sont à 95 % acquis par des acheteurs russes », confie Cyrille Boulay. Une traductrice était d'ailleurs présente pour répéter en russe le déroulement des ventes.

Parmi les lots qui ont mis la foule du Salon Bellevue en émoi, deux objets de Fabergé : un surtout de 25 kg, ayant décoré la table impériale, ainsi qu'une coupe en cristal, datée de 1907. Estimations respectives : 50 000 et 90 000 euros. Mais la star de cette vente était bien plus discrète par la taille et le poids : une pendulette de bureau vermeil en forme d'étoile, une pièce de musée et un chef-d'œuvre d'horlogerie que le commissaire-priseur a annoncé à 200 000 euros, prix de base.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct