“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

L’heure du recrutement a sonné, plus de 700 jobs d'été sont à pourvoir dès mardi à Monaco

Mis à jour le 25/01/2020 à 10:46 Publié le 25/01/2020 à 10:04
Depuis trois ans, la SBM organise une grande journée de recrutement où de nombreux responsables de la société viennent à la rencontre des aspirants saisonniers.

Depuis trois ans, la SBM organise une grande journée de recrutement où de nombreux responsables de la société viennent à la rencontre des aspirants saisonniers. Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L’heure du recrutement a sonné, plus de 700 jobs d'été sont à pourvoir dès mardi à Monaco

Pour préparer la saison touristique, les établissements lancent leurs recrutements. Un enjeu notamment pour la SBM qui a 700 postes à pourvoir pour faire tourner hôtels et restaurants.

Au plus fort de son activité au printemps et à l’été, la Société des Bains de Mer augmente de 20 % sa masse salariale. Le recrutement des postes de saisonniers est donc un moment clé que la société orchestre depuis trois ans sous forme d’une journée de recrutement, programmée cette année le 28 janvier.

Objectif: recruter quelque 700 personnes pour occuper des postes aussi divers que réceptionniste, bagagiste, plongeur, barman, agent de sécurité, maître-nageur, cuisinier, hôtesse de spa ou maître d’hôtel dans un des quatre hôtels ou des 30 restaurants du resort.

«C’est le plus gros salon de recrutement de Monaco dans l’année», confirme Jean-François Mariotte, directeur des ressources humaines du groupe SBM. «L’événement est attendu est nous avons 700 à 800 postes à pourvoir cette année notamment avec l’Hôtel de Paris, qui fonctionne à plein régime, le Coya qui est très plébiscité. Ainsi que le Monte-Carlo Beach, le seul établissement saisonnier du groupe qui n’a que 15 salariés à l’année, et 350 en pleine saison».

Si la SBM planifie sa saison du week-end de Pâques à la fin du mois d’août, les contrats peuvent fluctuer de deux à six mois sur cette période. «En moyenne, ce sont des embauches pour quatre à six mois, mais nous recrutons aussi des étudiants pour les mois de juillet et d’août», ajoute Paola Minicucci responsable RH hôtels et restaurants.

Et l’on peut postuler dès 16 ans, pour être plagiste au Beach par exemple… Le fait d’être mineur implique que l’on ne peut pas travailler après 22 heures, «mais ce sont de belles premières expériences».

«C’est un vrai entretien»

Mardi, près de 25 professionnels du groupe seront présents pour recevoir tous les aspirants saisonniers. À chacun est promis un vrai entretien. Qui implique de savoir se préparer pour la journée, soigner sa tenue et sa présentation. «Nous sommes attentifs à la façon dont ils vont venir nous voir. Ce n’est pas un forum ou un salon ou l’on dépose son CV, c’est un vrai entretien», continue Jean-François Mariotte, «et il y a un taux de transformation important. Quand on se présente, qu’on a un bon entretien, on a 95 % de chance d’avoir un job».

Si le panel des métiers est large et ouvert à tous les âges une constante est importante aux équipes de la DRH : comprendre ce qu’est le luxe et le haut standing dont la société entend faire son étendard et sa stratégie.

L’an dernier, 800 personnes avaient franchi les portes du Sporting pour la journée de recrutement. Les profils sont divers. Des saisonniers professionnels qui font l’été sur la Côte d’Azur et l’hiver en stations de ski. Mais aussi beaucoup de primo-saisonniers qui viennent pour gagner de l’argent entre deux semestres d’études.

«Être saisonnier, c’est une porte d’entrée dans l’univers de l’hôtellerie et de la restauration. Il n’est pas rare qu’après une, deux ou trois saisons, ces employés obtiennent un contrat permanent. Et ces filières demeurent une des rares ou l’on peut commencer sans diplôme, et au bout de quelques années acquérir un très bon salaire et des responsabilités dans son domaine».

C’est déjà le cas comme saisonnier, où les salaires cumulés aux éventuelles heures supplémentaires et aux pourboires en font des jobs d’été rémunérateurs.

«Être serveur l’été à Monaco, c’est dur»

Pour autant il ne faut pas oublier que même si le décor est festif et estival, il est question de travailler. «Ce sont de vrais métiers de labeur», prévient Jean-François Mariotte. «C’est ce qu’on explique lors de nos recrutements. Mais tous les ans nous avons des problèmes avec quelques jeunes saisonniers. Qui font la fête après leur service et au bout de cinq ou six jours ne tiennent pas le rythme. Être serveur l’été à Monaco, c’est dur».

Comme l’an dernier, pour sa journée de recrutement, la SBM mettra en place, pour respecter la priorité nationale qui s’applique également à ces postes temporaires, une file prioritaire dédiée aux Monégasques, conjoints, résidents et habitants des communes limitrophes.

Une deuxième file sera réservée également à tous les élèves du Lycée technique et hôtelier de Monaco. C’est une volonté du groupe, désormais, de retisser des liens plus prégnants avec l’école hôtelière monégasque, vue comme un vivier pour avoir, notamment en pleine saison, de jeunes locaux formés aux métiers de l’hôtellerie et de la restauration. «Mais pas seulement, continue Jean-François Mariotte, nous avons un très large panel de métiers dans les postes à pourvoir. Même aux ressources humaines, nous embauchons une personne pendant cette période pour gérer les bulletins de salaire des saisonniers!»

A l'Hôtel Métropole aussi

Saison oblige, à l’Hôtel Métropole aussi, les sessions de recrutement se préparent afin de pourvoir 69 postes dans les restaurants et en cuisine. Ainsi qu’une vingtaine pour la partie hébergement et housekeeping.

La journée de recrutement aura lieu le 29 janvier à l’hôtel, de 9h30 à 17 heures. Et à Beaulieu-sur-Mer, le 30 janvier, de 8h30 à 16 heures au gymnase.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.