“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

L'Etat monégasque lance trois projets de logement et d'accueil des personnes handicapées mentales

Mis à jour le 10/03/2020 à 09:44 Publié le 10/03/2020 à 09:07
Un étage du futur complexe domanial Ida sera consacré à une unité de vie pour loger des handicapés mentaux et ainsi leur permettre une insertion dans la vie locale.

Un étage du futur complexe domanial Ida sera consacré à une unité de vie pour loger des handicapés mentaux et ainsi leur permettre une insertion dans la vie locale. gouvernement princier

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

L'Etat monégasque lance trois projets de logement et d'accueil des personnes handicapées mentales

Le gouvernement princier a dévoilé lundi les contours de trois opérations, envisagées entre 2022 et 2024, pour accompagner l'Association Monégasque pour l'Aide et la Protection des Enfants Inadaptés (A.M.A.P.E.I) dans l’accueil de personnes handicapées mentales

C’est une action qui traduit une volonté "d’inclusion" des personnes handicapées dans la vie quotidienne. Le gouvernement a annoncé ce lundi, une série de projets pour accompagner en Principauté les personnes vivant avec un handicap. Principalement en apportant un soutien à l’Amapei qui œuvre depuis près d’un demi-siècle auprès des personnes, Monégasques et résidents, présentant un handicap mental.

L’association fondée en 1966 par Mireille et Christian Calmes, aujourd’hui présidée par leur fils Jean-François, fait vivre deux centres pour des activités professionnelles et de loisirs.

Et aussi loge neuf adultes en incapacité de vie autonome au cœur de l’association, la villa Malmaison à Cap-d’Ail. Un bâtiment historique mais aujourd’hui qui n’est plus adapté aux besoins et aux projections envisagés par le gouvernement.

"Plus grand
et plus moderne"

"C’est un bâtiment vétuste, il n’est pas possible de faire des travaux. Et il n’y a pas assez de place pour des besoins estimés de 25 à 30 chambres dans les années à venir", confirme le conseiller de gouvernement-ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Didier Gamerdinger, qui a plaidé pour la solution de faire "plus grand et plus moderne".

Résultat : trois projets vont éclore, financés entièrement par le budget de l’État.

Le premier, prendra la forme d’un foyer de vie sur un terrain appartenant à l’État monégasque au Devens (sur la commune de La Turbie) qui devrait compter 900 mètres carrés sur trois niveaux, à proximité d’un des centres d’activités de l’Amapei. Le bâtiment, qui pourrait être livré au début de l’année 2022, proposera vingt chambres sur deux étages, et un troisième consacré aux lieux de vie. Incorporant ainsi les pensionnaires de la villa Malmaison et doublant la capacité du pays.

Un étage
du projet Ida

Deuxième projet, en ville cette fois. Le gouvernement a choisi de consacrer un niveau du futur bâtiment domanial du projet Ida pour l’Amapei. À l’horizon 2023, la Principauté pourrait être ainsi dotée d’une nouvelle unité de vie collective avec huit studios pour répondre à la demande actuelle, et favoriser l’inclusion sociale d’adultes handicapés mais capables d’une certaine autonomie.

"Nous envisagions dix studios, mais ça nous semblait trop petit. Nous avons donc revu le projet à huit chambres. Il y aura aussi un salon, une salle à manger, une cuisine et une chambre pour un auxiliaire, présent chaque nuit."

Enfin, à l’horizon 2024, à l’occasion de la reconstruction du bâtiment du Cap Fleuri 1, douze chambres seront dédiées à l’accueil de personnes handicapées avançant en âge et nécessitant un accompagnement double lié à leur âge et à leur handicap. Ce foyer d’accueil médicalisé complétera l’offre. "L’objectif de l’Amapei est aussi de rassurer les familles, soulager les parents et de pouvoir accompagner nos membres tout au long de leur vie", résume le président Jean-François Calmes.

Ce sera le cas, une fois ces trois projets réalisés, dans les prochaines années.

Le conseiller-ministre Didier Gamerdinger a présenté lundi les ambitions du pays sur ce dossier, en présence notamment du président de l’Amapei, Jean-François Calmes.
Le conseiller-ministre Didier Gamerdinger a présenté lundi les ambitions du pays sur ce dossier, en présence notamment du président de l’Amapei, Jean-François Calmes. Michael Alesi / Dir. Com.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.