Rubriques




Se connecter à

Les voiles de l'espoir sous pavillon monégasque

Une centaine d'enfants en rémission de lourdes maladies navigueront de Grimaud à Monaco, dès aujourd'hui et jusqu'au 17 juin, grâce à la générosité et la persévérance d'un fonds de dotations

Ludovic Mercier Publié le 10/06/2017 à 05:16, mis à jour le 10/06/2017 à 05:16
Les petits matelots, ici tous réunis sur un seul bateau, en Corse en 2013.
Les petits matelots, ici tous réunis sur un seul bateau, en Corse en 2013. DR

Ils ont entre 8 et 14 ans, et ils ont déjà connu la maladie, la douleur, la froideur des couloirs des hôpitaux. Ils se sont battus comme des lions, avec une force et un courage qui en inspirent beaucoup, et ils ont vaincu le cancer ou la leucémie.

Pour leur donner des ailes, leur offrir l'évasion, oxygéner leur corps et leur esprit, « Les voiles de l'espoir » emmène une centaine de ces survivants naviguer sur les eaux marines. « C'est le plus grand événement nautique au monde organisé pour des enfants frappés par ces maladies, explique Marc-Dominique Tramoni, à la tête de l'événement. Cela demande un énorme travail, c'est pour cela que ça n'a lieu que tous les deux ans. »

Cinq continents de Grimaud à Monaco

 

Et pour cause : soixante voiliers accueilleront les enfants demain à Port Grimaud, d'où ils partiront pour une croisière qui leur fera découvrir les rivages de la Méditerranée le jour, et les cinq continents le soir. Afrique, Amérique, Asie… Chaque territoire aura sa soirée, sous forme d'animation et de jeux. Et c'est ici, à Monaco, qu'ils découvriront l'Europe à travers les princes et les princesses.

Une aventure qui dure depuis 2009, et qui a fini par dépasser les capacités d'une simple association. À tel point qu'elle a failli disparaître. Un crève-cœur pour Marc-Dominique Tramoni, qui n'a pas hésité à créer le fonds de dotations « Les voiles de l'espoir », dont la structure est plus solide qu'une association, et pour lequel il s'est porté caution personnelle : « Je ne voulais pas que ça disparaisse. Je ne m'étais pas investi jusque-là pour laisser tomber. (...) C'est sans doute la plus belle aventure humaniste du monde ! »

Une sacrée épopée qui coûte environ 650 000 euros, et qui est financée par les actions des clubs qui participent (la Table ronde française, le Club 41, le Ladies circle et le Club Agora). Chaque structure organise des événements tout au long de l'année (lotos, soirée, etc.) dont les fonds sont reversés au Fonds de dotation. En plus de cela, les membres des clubs deviennent accompagnants durant la croisière, et sont non seulement bénévoles, mais en plus ils paient leur place.

Du bien-être à la vocation

 

Entourés de six à huit de ces généreux donateurs, les petits matelots seront également encadrés par un skipper professionnel (sous la surveillance discrète d'une équipe médicale très complète, en liaison avec les établissements médicaux qui jalonnent le parcours, avec hélicoptères prêts à intervenir). Eux qui sont habitués à vivre en groupe dans les hôpitaux, ils découvrent une autre facette de la vie en communauté. Une vie où l'on vit, on s'amuse, et on œuvre ensemble pour mener son embarcation. Ils apprennent la mer, sa liberté, ses grands espaces. Une expérience forte, qui peut même mener à des vocations. Laurie, qui a aujourd'hui 22 ans, a participé aux « Voiles de l'espoir » en 2007 et 2009. Aujourd'hui, elle a réussi le concours de sous-officier de gendarmerie : « J'espère pouvoir intégrer une brigade nautique, pour pratiquer mon métier là où je me sens le mieux : sur un bateau ».

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.