Rubriques




Se connecter à

Les syndicats avouent rester sur leur faim

Du côté des syndicats, on répond presque d'une même voix.

Publié le 01/09/2018 à 05:01, mis à jour le 01/09/2018 à 05:01
Cédric Lanari (F2SM) et Olivier Cardot (USM).
Cédric Lanari (F2SM) et Olivier Cardot (USM). J.-F.O. et J.D.

Du côté des syndicats, on répond presque d'une même voix. En substance, le message pourrait se résume par : « C'est bien de s'y intéresser mais on n'aurait pu mieux faire. »

Jusque dans les points d'achoppement, les organisations représentatives se rejoignent.

« 37 %, cela signifie près de 3 heures par jour et 15 heures hebdomadaires environ ; c'est énorme surtout dans la fourchette de temps proposée dans le projet de loi », s'insurge Olivier Cardot, de l'USM. De son côté, Cédric Lanari (F2SM) illustre avec un cas concret : « Certains salariés travaillent deux jours de nuit chaque semaine, avec des vacations un peu plus courtes que le reste de la semaine, en horaires de jour. Là, on n'atteint pas les 37 %. Pourtant, ils ont la fatigue du travail de nuit malgré tout. »

 

Sur les compensations, à l'USM, on regrette : « Les salariés n'auront pas le choix car les compensations prévues seront mises en place par le chef d'entreprise qui pourra décider pour une compensation immédiate ayant une incidence sur le salaire ou une compensation différée qui pourra se traduire par un allégement du temps de travail et un départ anticipé à la retraite. » Même son de cloche chez la F2SM : « Ce texte n'a malheureusement rien de contraignant. C'est le chef d'entreprise qui décide. Même s'il doit consulter les représentants du personnel, c'est quand même lui qui décide. C'est dommage. »

Petite divergence : l'argent. À l'USM, on réclamait de l'argent et du temps : « La délégation de l'Union des Syndicats de Monaco avait, d'une part, demandé une reconnaissance pécuniaire immédiate ayant une incidence directe sur le salaire, et d'autre part, une reconnaissance influant sur la santé traduite par des repos compensateurs à prendre immédiatement ».

À la F2SM, même si on ne crache pas dans la soupe, on pense que ce n'est pas l'essentiel : « Tout le monde est content d'avoir un peu plus d'argent. Mais ce n'est pas ça qui compensera l'impact sur la santé. Nous, nous sommes pour la qualité de vie, pour la santé au travail, pour l'équilibre vie privée-vie professionnelle. »

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.