“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Les six cents qui feront le mur avec Anthony Alberti

Mis à jour le 02/04/2016 à 05:14 Publié le 02/04/2016 à 05:14
Anthony Alberti, alias Mr OneTeas, est à l'initiative d'un projet qui s'inscrit dans la démarche d'Inside Out Project déjà réalisé dans quelque 112 pays.

Anthony Alberti, alias Mr OneTeas, est à l'initiative d'un projet qui s'inscrit dans la démarche d'Inside Out Project déjà réalisé dans quelque 112 pays. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les six cents qui feront le mur avec Anthony Alberti

L'artiste a pris son appareil pour photographier les « gens qui font Monaco ». Des portraits de 91X134 cm vont être tirés à New York et collés sur un bâtiment monégasque fin avril

Six cents portraits en noir et blanc sur une façade d'immeuble pour présenter le vrai visage de la Principauté. Ce n'est pas un projet fou. Mais l'œuvre d'Anthony Alberti, artiste indépendant qui s'inscrit dans la démarche de Inside Out Project, vaste opération artistique à laquelle ont déjà participé 200 000 personnes dans quelque 112 pays.

Ceux qui le connaissent savent que les initiatives les plus audacieuses appartiennent au champ du possible de l'artiste, alias Mr OneTeas.

En collant sur une façade d'immeuble 600 portraits en noir et blanc de personnalités et d'anonymes, Anthony Alberti veut lancer un message. « Du premier travailleur qui embauche à 5 heures du mat' à la serveuse de bar la nuit, je veux prendre en photo les gens de l'ombre qui contribuent à mettre Monaco en lumière partout à travers le monde. »

Deux jours et deux nuits pour couvrir une façade

Le voilà donc parti dans les rues de Monaco, dans les services administratifs, les bureaux, les commerces, en entreprises pour photographier les salariés et les résidents, et enchaîner les portraits en noir et blanc. « Il faut que j'en fasse une centaine par jour. »

Il s'agit juste d'être « un acteur de Monaco ». « Ceux qui veulent être photographiés peuvent se faire connaître sur Facebook ou par mail » (voir contacts ci-dessous).

Les fichiers numériques seront envoyés à New York pour l'édition de posters en format 91X134 centimètres. Entre fin avril et début mai, les posters seront collés durant deux jours et deux nuits sur la façade d'un immeuble emblématique de Monaco. Où ? Chut… Anthony veut garder le lieu encore secret.

Les gens de l'ombre dans la lumière

Mais qu'est-ce qui a poussé l'artiste dans ce projet démesuré ?

« L'idée est née suite à un post Instagram sur le compte d'Inside Out Project (IOP) que j'ai consulté en novembre 2014. J'étais à New York. J'ai demandé à rencontrer un des membres de IOP. Tout de suite, j'ai pensé à une façade d'immeuble monégasque. »

Mais entre l'idée et sa réalisation, le parcours fut complexe…

« Il a fallu trouver un site et obtenir l'accord de son propriétaire et de la direction du lieu. Ils nous ont donné la grande chance de rendre ce projet possible. Ensuite, il s'est agi d'obtenir l'accord d'un assureur ; chose qui n'a pas été simple puisqu'il n'y a pas de précédent à Monaco. Sans lui, rien n'aurait été possible. » Enfin, les démarches administratives ont été nombreuses. Et tout le monde sait que ce n'est pas forcément facile…

Mais Anthony Alberti est résolument déterminé. « L'idée est de désacraliser l'image de luxe à l'international. Monaco, ce sont plein d'âmes dans l'ombre qui rendent le rêve possible. Ces anonymes ont aujourd'hui l'opportunité de prendre la lumière. »

Et l'artiste de lancer : « Osez être vous, osez être différent. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.