“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les salariés de la SBM sur le pied de guerre

Mis à jour le 25/11/2017 à 05:13 Publié le 25/11/2017 à 05:13
La direction des ressources humaines du Monte-Carlo Bay est dans la tourmente.

La direction des ressources humaines du Monte-Carlo Bay est dans la tourmente. Jean-François Ottonello

Les salariés de la SBM sur le pied de guerre

Les collègues de l'employée du Monte Carlo Bay récemment licenciée alors qu'elle était en maladie, ne lâchent rien. Ils ont signé une pétition exigeant sa réintégration, et attendent une réaction de la SBM

C'était en quelque sorte la réunion de la dernière chance. Celle à l'issue de laquelle les représentants syndicaux de la Société des Bains de Mer allaient décider si, oui ou non, ils se lançaient dans un mouvement social général à la SBM.

L'enjeu de la rencontre d'hier après-midi, pour les délégués syndicaux, était simple : obtenir la réintégration immédiate d'Anne El-Abbassi. Il s'agit de cette salariée du Monte-Carlo Bay, ex-déléguée du personnel, qui a été licenciée au terme d'une grossesse difficile (nos éditions des 11 et 16 novembre). Une procédure jugée abusive par les organisations syndicales, au premier rang desquelles l'Union des syndicats de Monaco, l'USM. Olivier Cardot, son secrétaire général adjoint, n'en démord pas : « Cette jeune maman, en arrêt maladie à la suite d'une grossesse difficile, a été licenciée sans motif après douze années d'ancienneté. Nous exigeons sa réintégration sans condition. »

Pour soutenir la salariée licenciée et faire pression sur la direction du groupe SBM, les organisations syndicales ont lancé une pétition la semaine dernière. Hier, près de 600 signatures avaient été recueillies, dont une bonne part d'employés du Monte-Carlo Bay.

600 signatures

C'est donc avec cette pétition que les délégués syndicaux sont entrés dans la salle de réunion, hier à 16 h, pour négocier avec le directeur des ressources humaines non pas de l'hôtel qui emploie Anne El-Abbassi, mais du groupe SBM, Jean-François Mariotte.

« De deux choses l'une, prévient Olivier Cardot avant la réunion.Soit il accepte nos revendications, à savoir la réintégration de la salariée dans un autre établissement de la SBM que le Monte-Carlo Bay, soit il refuse, auquel cas nous allons tout droit au conflit social. »

Les délégués syndicaux sont arrivés en réunion avec 587 signatures, et d'autres resteraient à comptabiliser. D'après Olivier Cardot, aucune décision n'a été annoncée aux instances représentatives, mais Jean-François Mariotte aurait prévenu qu'« il va y avoir du mouvement à la DRH du Monte-Carlo Bay ». Il devrait assister à une réunion des délégués du personnel de l'établissement, et peut-être annoncer la décision du groupe sur le cas El-Abbassi.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.