Rubriques




Se connecter à

Les rues de Monaco ont fêté la musique

C’était reggae night, hier à Monaco, où 3.000 spectateurs ont dansé sur le bon son de Naâman. Un concert joyeux parsemé de messages d’éveil à la cause environnementale et à la solidarité

T.M. Publié le 22/06/2018 à 09:07, mis à jour le 22/06/2018 à 09:08
Naâman a embarqué son public dès les premières notes à la tombée de la nuit. Photo Jean-François Ottonello

La journée la plus longue de l’année est aussi la plus musicale. À l’occasion de la Fête de la musique, les rues de Monaco ont été la scène de plusieurs petits concerts tout au long de la journée. Jazz, rock, rap, pop-rock ou encore percussions, ont fait danser et chanter les passionnés et les curieux.

Ce rendez-vous incontournable de la vie culturelle s’est poursuivi jusqu’à tard avec le concert du reggaeman Naâman, sur le port Hercule. En grande forme, l’auteur de Skanking Shoes ou encore Own Yourself a parsemé son concert de messages humanistes.

 

"Vous savez qu’on vit une période de transition avec de profonds changements. On n’a pas le temps d’attendre les politiciens pour prendre les décisions qui nous concernent. On n’a pas le temps d’attendre la politique en ce qui concerne la solidarité. On n’a pas le temps d’attendre la politique en ce qui concerne l’environnement. Monaco, cette époque a besoin de pionniers. Est-ce qu’il y a des pionniers ici ce soir?"

Sur une terre d’aventuriers de la cause verte, du prince Albert-1er au souverain Albert II, l’appel a dû résonner jusqu’au Palais princier… Et la foule a aimé!

3000 spectateurs ont assisté au concert dont la première partie était assurée par Scars. Photo JFO.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.