“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les Rozzi et la pyrotechnie, de l'Italie aux États-Unis

Mis à jour le 05/08/2017 à 05:07 Publié le 05/08/2017 à 05:07

Les Rozzi et la pyrotechnie, de l'Italie aux États-Unis

Compagnie américaine à la consonance italienne, Arthur Rozzi Pyrotechnics présentera son show ce soir à 21 h 30 dans le cadre du 51e Concours international de feux pyromélodiques

Entre les Rozzi et les feux d'artifice, c'est une vieille histoire. « Depuis la fin du XIXe siècle », précise John Rozzi, producteur d'Arthur Rozzi Pyrotechnics, compagnie lancée par son frère Arthur. « Quand j'ai entendu parler de ce concours, je me suis dit que ce serait amusant de venir dans cette magnifique ville qu'est Monaco. Je suis impatient », s'exclame-t-il. Spécialiste des feux d'artifice, l'arrière-grand-père Paolo quitte Pietramelara et l'Italie pour s'installer en Pennsylvanie : « Il était immigrant italien aux États-Unis comme beaucoup de personnes travaillant dans les métiers de la pyrotechnie. »

La dynastie Rozzi prend alors place, la passion se transmettant de père en fils. Dorénavant installée dans l'Ohio, c'est la quatrième génération qui se présente ce soir à 21 h 30 au Concours international de feux pyromélodiques organisé par la Mairie, avec un message pacifique : « Le titre est « Hello Monaco », vous comprendrez pourquoi quand vous entendrez la musique, promet le producteur. Certains morceaux sont plutôt calmes et relaxs, puis ça devient un peu plus dynamique quand on en a besoin. C'est un spectacle joyeux et pacifique. »

Pour rester rentable, la compagnie n'a rien transporté en Principauté. « On a embauché des Italiens avec leur matériel et nous, on s'occupe du design. On fabrique ce spectacle tous ensemble ! », sourit John Rozzi. Comme un clin d'œil à l'histoire.


La suite du direct