Les restaurateurs de Menton solidaires lors de la Fête des mères

Dimanche, vingt-cinq établissements de Menton verseront 2 euros par couvert aux Cœurs du Campanin, afin de contribuer aux dépenses annuelles de l'association caritative mentonnaise

alice rousselot Publié le 25/05/2018 à 18:20, mis à jour le 25/05/2018 à 18:23
Les bénévoles des Cœurs du Campanin sont toute l'année à la recherche de fonds. A.R.

Quand opération solidaire rime avec Fête des mères.

Dimanche, à l'occasion des festivités familiales, les Cœurs du Campanin ont eu l'idée de s'associer à vingt-cinq restaurateurs de Menton. Dans l'objectif de récolter des fonds pour leur action de toujours (et de tous les jours) : donner à manger aux plus démunis.

Le principe de cette première édition est très simple : chacun des établissements partenaires s'engage à reverser 2 euros par couvert. Car - tout le monde le sait - les petites pièces font les grandes additions.

Pour remplir les caisses de l'association

"L'idée m'est venue naturellement au début du mois, je cherche toujours de nouveaux moyens pour faire rentrer de l'argent, souligne Pierre Gerace, l'historique président des Cœurs du Campanin. Le jour de la Fête des mères, on sait que les gens sortent, et que les établissements sont remplis. Et puis en été, les restaurateurs ont autre chose en tête…"

D'un point de vue pratique, les restaurants participants - avec qui les membres de l'association ont déjà des contacts réguliers, condition nécessaire pour ne pas "faire chou blanc"- seront reconnaissables grâce à des panneaux au nom de l'opération.

 

Mais on peut d'ores et déjà annoncer qu'ils seront répartis dans les quartiers suivants: Sablettes, rue piétonne, marché, bord de mer, et jardins Biovès.

220 tonnes de nourriture distribuées en 2017

"Aujourd'hui, nous recevons plus de 500 personnes par semaine dans nos locaux de l'avenue Val-de-Menton. En 2017, nous avons distribué 220 tonnes de nourriture. Nous sommes, au fond, comme un petit supermarché…", explique le responsable. Précisant qu'une telle aide suppose 30.000 euros de dépenses par an.

Une somme conséquente qui correspond en fait à l'achat d'aliments de première nécessité: paquets de pâtes, de riz, conserves de toutes sortes…

"Les grandes surfaces nous donnent quant à elles des produits frais. Tous les matins, nous avons deux camions frigorifiques qui vont récupérer la marchandise - jusqu'à Nice. L'après-midi, les équipes redistribuent", souligne-t-il. Ajoutant qu'elles changent chaque jour, grâce à soixante bénévoles dévoués.

 

En novembre prochain, ils seront cela dit tous réunis. Pour fêter les dix ans de l'association… au grand cœur.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.