Les réponses de l’État face aux banderoles des supporters sur la "vétusté" du stade Louis-II

Pris à partie fin août lors d’un match de championnat de France quant à la "vétusté" du stade et l’impossibilité de "fidéliser", le gouvernement répond et évoque les sièges rouge et blanc.

Article réservé aux abonnés
Thomas MICHEL Publié le 27/09/2022 à 12:38, mis à jour le 27/09/2022 à 12:49
"Dans 2 ans nous fêterons les 100 ans de l’AS Monaco. Ça laisse le temps pour changer les sièges, rénover les buvettes et les coursives ainsi que bien d’autres choses pour pouvoir fêter le centenaire de notre magnifique club!", ont publié le 24 août dernier les Ultras Monaco 1994. Photo archives MM

C’était le 20 août dernier. Avant le coup d’envoi de Monaco-Lens, une large banderole blanche relevée de caractères rouges était déployée en Pesage, à l’initiative des Ultras Monaco 1994: "Stade vétuste et vide: fidélisation impossible. Gouvernement: à quand du changement?"

Deux jours plus tard, les Ultras précisaient leur rancœur dans un post diffusé sur les réseaux sociaux. "À force de ne pas vouloir nous écouter, ni nous consulter, nous qui allons dans tous les stades, nous qui savons comment cela se passe ailleurs… VOTRE résultat est tout simplement un échec à la vue de tous! Jusqu’à quand cette mascarade durera? Il est temps de faire rayonner l’AS Monaco dans son stade à travers ses propres supporters! Si cela dérange qu’on veuille attirer du monde au stade Louis-II, il ne fallait pas faire un club de football, mais un club de golf…"

Sollicité, le gouvernement princier, et plus particulièrement le Département de l’Intérieur, répond aujourd’hui aux Ultras 1994 et autres supporters qui partagent ce constat.

"Le terme "vétuste" est quelque peu excessif"

"En premier lieu, il convient de rappeler que le stade Louis-II est une infrastructure sportive qui, depuis son ouverture, est utilisée tous les jours de l’année de 7 heures à 23 heures. Après presque 40 ans, il n’est pas anormal que le bâtiment et ses équipements soient considérés comme ayant pris de l’âge", introduit l’exécutif, avant de tempérer le jugement.

 

"Au regard de la fréquence d’utilisation évoquée, on peut toutefois dire que cette infrastructure a plutôt bien vieilli. Aussi, utiliser le terme de ‘‘vétuste’’ semble quelque peu excessif, d’autant qu’un programme de travaux a été engagé, notamment sur le stade omnisports (appelé plus communément "stade de football"), en commençant par les aires de jeu. Ainsi, la pelouse et son dispositif de drainage ont totalement été réfectionnés. À cette occasion, un système de chauffage enterré a également été mis en place, afin de disposer d’équipements de dernière génération garantissant un terrain digne des plus grands clubs européens."

Gouvernement qui insiste sur les améliorations apportées pour optimiser les performances sportives, voire le confort visuel du spectateur, sans s’attarder sur les conditions d’accueil et la possibilité de fidéliser. "L’image d’un terrain de jeu jauni et dégarni relève désormais du passé. Une attention particulière a également été portée aux installations d’athlétisme avec la réfection totale de la piste d’athlétisme et de ses équipements, ainsi qu’aux installations d’éclairage du stade. Au chapitre des améliorations entreprises, on peut aussi relever que des espaces d’accueil VIP ont été aménagés en partie haute de la tribune Première."

De nouveaux sièges rouge et blanc

"L’ensemble des groupes de supporters de l’AS Monaco lance une mobilisation générale qui a pour objectif de retirer les sièges jaunes du stade Louis-II et de les remplacer par des sièges rouge et blanc pour les 100 ans du club. [Une] couleur jaune à laquelle personne ne s’identifie et dont personne ne sait ce qu’elle représente vraiment…"

Le 21 juillet 2021, les supporters de l’AS Monaco avaient interpellé l’État d’une seule voix pour obtenir, d’ici 2024, le remplacement des sièges jaunes historiques. "Une unité de couleur souhaitée par le prince Rainier III", rappelait en 2020 la directrice du stade, Sylvie Bertrand, que seul le prince Albert II pourrait renier aujourd’hui.

Plusieurs solutions sont envisageables

Diffusant en masse le hashtag #SiegesR & Bpourles100ans, les supporters invoquaient la création du drapeau rouge et blanc en 1881 par le prince Charles III. "Le rouge correspond à l’humain, la chair et le sang et le blanc à la pureté. Ils représentent la famille Grimaldi, la Principauté, l’ASM FC, toutes les autres branches sportives de l’État monégasque et bien plus encore."

Depuis des stickers ont fleuri du péage de La Turbie à Cap-d’Ail et dans les rues de la Principauté. Le nouveau centre de performance de l’ASM à La Turbie, lui, arbore le rouge et le blanc dans ses gradins.

"La question des sièges sera réglée dans le cadre des travaux de rénovation des tribunes, le remplacement des assises devant être traitée en lien avec celle des ouvrages les supportant, répond à Monaco-Matin le gouvernement. Dans l’intervalle, plusieurs solutions sont envisageables, dont celle des housses, mais ces équipements ont un coût non-négligeable et une utilisation raisonnée des crédits fait également partie de la feuille de route du gouvernement."

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.