“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les opérations de contrôles se multiplient en marge du Monaco Yacht Show, les infractions pleuvent

Mis à jour le 29/09/2018 à 07:28 Publié le 29/09/2018 à 07:35
Les agents de la brigade maritime de la police nationale de Menton dressent un procès-verbal d'audition pour un voilier en infraction, ne devant pas mouiller à cet endroit.

Les agents de la brigade maritime de la police nationale de Menton dressent un procès-verbal d'audition pour un voilier en infraction, ne devant pas mouiller à cet endroit. Photo Jean-Sébastien Gino-Antomarchi

Les opérations de contrôles se multiplient en marge du Monaco Yacht Show, les infractions pleuvent

Le salon de la grande plaisance attire de nombreux bateaux venus mouiller dans les eaux territoriales françaises, parfois au mépris de la loi. La brigade maritime de la police nationale veille au grain.

Sur les quais du port Hercule, c'est le grand déballage de luxe jusqu'à ce samedi soir. À l'occasion du Monaco Yacht Show, 120 unités entre 25 et 90 mètres rivalisent de faste et de démesure.

En marge de ce salon de la grande plaisance, bon nombre de navires de luxe (une soixantaine, au bas mot) débordent hors des frontières maritimes de la Principauté. Et mouillent dans les eaux territoriales françaises, principalement dans la baie de Roquebrune, à l'ouest du Cap-Martin.

Parfois au mépris de la loi. Pas toujours là où il faudrait et pas forcément avec les équipements de sécurité à jour.

Depuis mercredi, la brigade maritime de la police nationale de Menton et les Affaires maritimes patrouillent pour faire la chasse aux mauvais comportent. Zigzaguent entre les dizaines de yachts pour déceler les mauvais élèves.

Protéger l'herbier de posidonie

Jeudi, en présence de la sous-préfète Nice-Montagne, les trois agents du groupe de sécurité de proximité (GSP) ont même tiré le gros lot. "L'un des bateaux comptabilisait cinq infractions: les fusées de détresse et les extincteurs étaient périmés, il n'avait pas les papiers, et il mouillait dans la zone des 300 mètres ainsi qu'en zone naturelle", listent David, Fabien et Laurent.

Ce vendredi encore, pendant deux bonnes heures, ces trois-là ainsi que deux agents des Affaires maritimes ont tâché de faire respecter à la lettre ce dernier point, régi par l'arrêté préfectoral N°093/2018 du 24 mai 2018.

"Les unités de plus de 20 mètres de longueur ont interdiction de mouiller dans une zone définie où se trouve l'herbier de posidonie. À l'est du Cap-Martin, c'est interdit lorsque la profondeur est inférieure à 20 mètres. A l'ouest, la limite est à 30 mètres de profondeur. Si tous les bateaux venaient dans ladite zone, l'herbier de posidonie serait mort", résume Axel Danssaert, chef de l'unité littoral des Affaires maritimes. "Les ancres sont tellement grandes et longues qu'elles peuvent faire de gros dégâts", complète David.

Un procès-verbal d'audition est alors dressé et les fautifs convoqués ultérieurement à la direction des Affaires maritimes. Avec sanction, plus ou moins sévère, à la clef. Du simple rappel à la loi jusqu'au bannissement provisoire du capitaine dans les eaux territoriales françaises, en passant par l'amende.

Bien souvent, les capitaines et les propriétaires du bateau plaident l'ignorance. Réelle méconnaissance du code maritime ou tentative de filouterie?

Difficile à dire. "Avec le nombre de bateaux qui mouillent ici, on pensait qu'on pouvait le faire aussi. Comment peut-on être au courant?", se justifie le propriétaire d'un superbe voilier de 37 mètres.

"Des publications des Affaires maritimes existent et votre GPS, qui doit être mis à jour, indique la zone concernée par l'arrêté avec les profondeurs", lui rétorquent les trois agents de la police nationale.

Infractions et attitudes différentes

Pas de cadeau pour celui-là, au demeurant sympathique. Encore moins pour ceux qui jouent la carte de l'arrogance.

"On est très bien reçu par certains mais d'autres sont très hautains, ne nous communiquent pas d'emblée les bonnes informations. Pendant le Yacht Show, ce sont des interventions différentes que pendant la saison estivale durant laquelle on a plus affaire à des petits plaisanciers. Les infractions et les attitudes ne sont pas les mêmes", explique David.

Ce vendredi, dix infractions ont été relevées. Durant l'une d'entre elles, l'agence française pour la biodiversité a même placé une caméra sous l'eau pour constater les dégâts lorsque l'ancre a été levée. Quel que soit le nombre de zéros sur le compte en banque, tous sont logés à la même enseigne. La protection de l'environnement prévaut.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct