“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Les nappes du Bal de la Rose deviennent des masques

Mis à jour le 14/05/2020 à 17:23 Publié le 14/05/2020 à 17:22
Les masques sont vendus 5 euros l'unité.

Les masques sont vendus 5 euros l'unité. Photo C. D

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les nappes du Bal de la Rose deviennent des masques

Les couturières des Boutiques du Rocher de la Fondation Princesse Grace ont déjà produit près de 400 masques avec ce linge de table qui avait servi pour la soirée glamour en 2017

C’est un acte de solidarité façon système D. En 2017, le regretté Karl Lagerfeld avait choisi pour thème du Bal de la Rose – dont il opérait la direction artistique – celui de Sécession Viennoise. Les convives, ce soir-là, avaient découvert des nappes aux motifs floraux dans les tons de bleu, rose et noir.

Trois ans plus tard, et une pandémie mondiale, ce linge de table sert de matière première à la confection de masques !

L’idée est celle des équipes de la Fondation Princesse Grace, qui fonctionne grâce aux bénéfices du bal. Les brodeuses et couturières de la Fondation, qui vendent leur production soignée dans les boutiques du Rocher, ont eu l’idée, à l’heure où la pénurie de masques se faisait sentir, d’aller chercher dans leurs stocks ces nappes n’ayant servi qu’une seule fois, pour avoir de la matière première et lancer une production de masques.

Vendus 5 euros l’unité

« Les tissus n’étant pas faciles à trouver, nous avons utilisé ces nappes que nous avions et qui sont faites dans une étoffe résistante, explique Catherine Sitalapresard, la directrice des boutiques. Nous respectons les normes Afnor, en additionnant trois couches de coton pour le masque et en utilisant du coton aussi pour les biais. »

En période de confinement, trois couturières et brodeuses expertes se sont investies dans cette fabrication. « Et chacune chez soi, en se faisant passer les produits. Moi je coupe les tissus, une autre ensuite bâtit le masque et la troisième les coud », continue Catherine Sitalapresard.

Le trio a déjà achevé la production de près de 400 masques textiles, lavables et réutilisables, en vente depuis quinze jours sur commande. Chaque masque est proposé à 5 euros pièce.

« C’est un prix plancher pour ces masques de belle qualité, réalisés de manière artisanale, pour l’intérêt général et pour soutenir nos actions », continue Caroline O’Conor, directrice administrative de la Fondation Princesse Grace.

Une fondation qui traverse une année particulière. En mars dernier, le Bal de la Rose, qui est sa principale ressource financière, a été reporté sine die. Pour l’heure, rien n’indique que l’édition 2020 pourra avoir lieu à l’automne. Malgré tout, les actions de la Fondation Princesse Grace, qui a pour mission principale d’aider les enfants hospitalisés, continue. Et la vente de ces masques devrait permettre de les accompagner.


Les commandes de masques se font uniquement en envoyant un message par Messenger sur la page Facebook « La Boutique du Rocher ». Il faut ensuite venir récupérer sa commande à la boutique située au 1, avenue de la Madone.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.