“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Les musées de Monaco pourront rouvrir le 2 juin

Mis à jour le 22/05/2020 à 17:49 Publié le 22/05/2020 à 17:49
À l’intérieur, le staff a déjà réfléchi à une signalisation spécifique pour rappeler les gestes barrières et placer des distributeurs de gel hydroalcoolique.

À l’intérieur, le staff a déjà réfléchi à une signalisation spécifique pour rappeler les gestes barrières et placer des distributeurs de gel hydroalcoolique. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les musées de Monaco pourront rouvrir le 2 juin

C’est un appel d’air après deux mois et demi d’arrêt. En même temps que les bars et les restaurants, le 2 juin en Principauté de Monaco, les musées pourront à nouveau accueillir du public.

Pour cette frange culturelle du pays, composée d’une dizaine d’établissements publics et d’institutions privées, la date de la reprise est enfin actée et la plupart vont relancer la machine dès le 2 juin.

À l’image du Nouveau Musée National de Monaco, que dirige Marie-Claude Beaud. "Nous sommes très heureux de pouvoir reprendre nos activités. Dans des moments comme celui que nous vivons, la culture est un lien primordial", souligne-t-elle.

Un lien qui ne passera pas outre les contraintes sanitaires et sécuritaires qu’imposent la pandémie.

Protéger les équipes et les visiteurs

Au NMNM, pour l’heure, seule la Villa Paloma va rouvrir ses portes. Les deux expositions prévues à la Villa Sauber ont été reportées à l’automne.

Le public, pourra donc, à Paloma, retrouver l’exposition consacrée à Eugène Frey, brusquement fermée à la mi-mars après quelques jours d’exploitation.

Le projet présente le travail de l’inventeur des décors lumineux d’opéra au début du XXe siècle, avec une vision contemporaine apportée par l’artiste portugais João Maria Gusmão.

Sur la forme, dans un musée où la protection des œuvres est toujours cruciale, celle des équipes et des visiteurs le sera tout autant.

"Nous ne sommes pas Le Louvre, nous ne recevons pas de grands groupes mais principalement des visiteurs individuels et des familles, ce qui rend la chose plus simple."

Ces visiteurs trouveront, dès le 2 juin, un chemin pour circuler dans les salles du musée avec une entrée et une sortie différenciées. Et des personnels de sécurité placés à chacun des trois niveaux.

Les ateliers artistiques pour les enfants et les familles devraient être à nouveau possibles dans le respect des règles de sécurité.

Et pour les amateurs et les fidèles de la pause déjeuner, les jardins et la terrasse du musée, embrassant la baie de Monaco, seront également à nouveau accessibles.

Les équipes réfléchissent même à l’éventualité d’y installer un food truck. Tout cela pour redonner vie à un pôle culturel de la Principauté.

"Le musée virtuel, c’est bien, mais une œuvre se vit d’abord physiquement, souligne Marie-Claude Beaud. Dans les temps de crise, le milieu artistique est malheureusement toujours vulnérable. La chance des musées dans cette situation est que nous sommes un peu à part. Nous avons moins de pressions et de contraintes que les acteurs du spectacle vivant qui subissent bien plus violemment cette crise. Ceci dit, face au virus, le danger existe toujours, mais peut-être faudra-t-il ne pas être trop parano et avancer."

Sécurité et surprises au musée d’anthropologie

Dans l’intervalle de cette pause imposée, l’équipe du NMNM n’est pas restée inactive. Procédant notamment à un entretien des lieux d’exposition et rangement des archives du musée.

"Nous avons aussi revu nos plannings pour les semaines à venir, ce n’est pas simple pour beaucoup de membres de l’équipe dont les enfants ne reprennent pas l’école. Il faut prévoir et s’adapter."

Même adaptation au musée d’anthropologie préhistorique ou les équipes travaillent à la réouverture. "La priorité est d’adopter des mesures de prévention protégeant la santé du personnel et de ses visiteurs", explique la directrice Elena Rossoni-Notter, qui promet d’être créative pour l’accueil du public.

"Le bâtiment a la chance d’avoir une terrasse panoramique et de vastes espaces intérieurs, nous réfléchissons donc à proposer aussi des activités extérieures et virtuelles, et bien d’autres surprises."

Au Musée océanographique, sens unique et jauge réduite

Avec plus de 650.000 visiteurs par an, le Musée océanographique est un mastodonte en matière d’accueil du public en Principauté. Et il reprendra le rythme dès le 2 juin.

"Nous sommes ravis de rouvrir. Dans ce contexte sanitaire particulier, notre objectif est d’être en capacité de proposer le meilleur accueil possible", confirme Bernard Reilhac, directeur du développement.

La volonté se traduira, à partir du 2 juin, par un sens unique de visite, balisé dans les salles du musée, pour éviter que les visiteurs ne se croisent.

Habituées à recevoir des milliers de touristes, les équipes ont également revu à la baisse le nombre de personnes qui peuvent être présentes en même temps dans le musée.

En temps normal, le bâtiment peut contenir jusqu’à 1.400 personnes au même moment, du toit terrasse aux aquariums. Cette jauge a été réduite de moitié, soit 700 personnes – personnel compris – autorisées au même moment.

De manière à éviter les affluences trop fortes (parfois 5.000 à 6.000 visiteurs par jour en haute saison) non compatibles avec les règles de distanciation sociale.

"Nous pourrons ainsi mieux gérer les flux en temps réel et les écouler le mieux possible. Tout cela, sans limiter le temps de visite dans le musée", continue Bernard Reilhac, qui recommande toutefois d’acheter son billet à l’avance sur le site du musée pour éviter les files d’attente aux caisses.

Pour un billet réservé 7 jours à l’avance par internet, le musée proposera même une réduction de 10%.

Masque obligatoire

À l’intérieur, le staff a déjà réfléchi à une signalisation spécifique pour rappeler les gestes barrières et placer des distributeurs de gel hydroalcoolique.

Autre nouveauté: les visiteurs devront tous porter un masque. Et le plan de nettoyage quotidien a été renforcé, notamment au niveau des aquariums, où le public s’approche des parois vitrées pour observer les poissons.

Un plan particulier qui confirme que la reprise du 2 juin ne sera pas un retour à la normale. Certaines zones demeureront fermées.

"L’aire de jeux sur le toit ne sera pas accessible. Concernant les animations, nous avons pour objectif de les maintenir tout en les adaptant pour éviter les contacts."

Et la grande exposition prévue pour l’été, ne devrait ouvrir qu’à la mi-juillet.

Autant de marqueurs d’une saison particulière, alors que le Musée océanographique reçoit 40% de son visitorat annuel sur les mois de juillet et d’août.

"Cet été, nous nous attendons évidemment à une fréquentation qui ne sera pas comparable. La reprise en juin va nous permettre d’observer les comportements de visite et voir si un retour à la normale progressif, ce que nous espérons, est possible. D’autant qu’en ces temps compliqués, il nous semble important de se reconnecter aux océans."


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.