“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les maires de la Roya remportent leur dernière bataille: l'arrêté anti-poids lourds validé

Mis à jour le 18/02/2020 à 13:54 Publié le 18/02/2020 à 13:53
Maires et conseillers municipaux ont de nouveau défendu leur arrêté.

Maires et conseillers municipaux ont de nouveau défendu leur arrêté. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les maires de la Roya remportent leur dernière bataille: l'arrêté anti-poids lourds validé

Les premières impressions étaient les bonnes. Le 28 janvier dernier, au sortir du tribunal administratif - chargé de juger le fonds de l'arrêté anti poids lourds pris par les maires de la Roya en 2017 - les élus de la vallée avaient en bouche un avant-goût de victoire.

Le maire de Breil, André Ipert, évoquait en effet un "très bon rapport du Rapporteur public rejetant les requêtes des syndicats des transporteurs italiens et français".

>>RELIRE. Roya: l'arrêté anti-poids lourds ne sera pas suspendu

Et de fait, dans son ordonnance rendue ce mardi, le tribunal administratif de Nice a définitivement donné raison aux premiers magistrats de Breil, Fontan, Saorge, La Brigue et Tende. Ainsi qu'au Département, qui, suite au premier jugement, avait pris le même arrêté interdisant aux camions de plus de 19 tonnes de circuler sur l’ensemble de la RD6204.

Les requêtes du préfet des Alpes-Maritimes ainsi que des entreprises de transport SAS Bonifay, OTRE PACA et Astra Cunéo demandant l'annulation de l'arrêté ont en effet été rejetées.

L'institution vient ainsi clore une bataille juridique entamée il y a presque trois ans. Marquée par un premier succès fin 2017, lorsque les élus de la Roya - très soutenus par la population - avaient obtenu gain de cause sur la forme de l'arrêté.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.