“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Les lycéens réclament des journaux neutres

Mis à jour le 10/05/2018 à 05:12 Publié le 10/05/2018 à 05:12
Amélie, Ludovic, Mattia, Baptiste, Anthony, Victoria et leur professeur Frédéric Grolleau.

Amélie, Ludovic, Mattia, Baptiste, Anthony, Victoria et leur professeur Frédéric Grolleau. J.D.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les lycéens réclament des journaux neutres

Dans le prolongement de la Journée internationale de la liberté de la presse, une classe du lycée Albert-Ier a été encouragée, par son professeur de philo, à réfléchir sur la liberté d'expression

Libres de prendre la parole, libres d'apporter la contradiction, libres de poser des questions quitte à « coller » ses camarades… Dans la classe de Frédéric Grolleau, professeur de philosophie au lycée Albert-Ier, également directeur de rédaction du site lelitteraire.com, à l'heure où l'on imagine facilement les lycéens quelque peu abattus par une journée commencée tôt, le cours est animé ; plutôt vif, même.

Un cours où six élèves présentaient mardi, entre 16 h et 17 h, l'exposé élaboré durant les vacances de printemps sur le journalisme, quelques jours seulement après le 3 mai, Journée internationale de la liberté de la presse.

« L'information est le moteur d'une société libre. Cependant, il existe des limites qui ne peuvent pas être dépassées : la diffamation, l'injure, le racisme sont interdits par des lois et des codes moraux. »

L'expression de la démocratie

On pensait assister à une heure de débat sur le réseau social le plus populaire. Loin s'en faut ! Il fut bien plutôt question de journaux, de l'Humanité à Monaco-Matin, en passant par Le Canard enchaîné ou Charlie Hebdo, avec même un hommage discret aux journalistes victimes de l'acte terroriste du 7 janvier 2015 à Paris. Et les lycéens d'être d'emblée portés à s'intéresser aux modes de transmission de l'information et à évoquer la profession de journaliste qu'ils ont décortiquée sans jamais dénigrer.

Une discussion qui provoque l'intérêt dans les rangs de la classe avec un professeur agissant en modérateur bienveillant. Il fut question de censure, de démocratie, de respect de l'autre, de diffamation, d'injures, d'esprit critique… avec le mythe de la caverne de Platon en toile de fond. Car les élèves en sont convaincus : « Journalisme et philosophie sont très liés. »

L'esprit critique du lecteur

Mais l'esprit critique, les jeunes veulent l'exercer eux, en tant que lecteurs. C'est en tout cas ce qu'expriment spontanément les jeunes de l'auditoire quand leurs six camarades sont, quant à eux, plus nuancés. « Les journalistes doivent rester neutres. À nous de nous faire une opinion. » Des faits, rien que des faits, réclament-ils.

Et ils savent dorénavant que s'ils ne sont pas satisfaits d'un article qui les concerne, ils peuvent réclamer un droit de réponse…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.