“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les Jeux Olympiques de Paris en ligne de mire

Mis à jour le 19/10/2018 à 05:05 Publié le 19/10/2018 à 05:05
Charlotte Afriat, Ludovic Palmaro, Emilien Puyo, Olivier Lanteri, Claudia Verdino : des jeunes athlètes monégasques que l'on retrouvera peut-être à Paris en 2024.

Charlotte Afriat, Ludovic Palmaro, Emilien Puyo, Olivier Lanteri, Claudia Verdino : des jeunes athlètes monégasques que l'on retrouvera peut-être à Paris en 2024. Stéphan Maggi / COM

Les Jeux Olympiques de Paris en ligne de mire

À Buenos Aires, cinq jeunes athlètes monégasques étaient en lice pour les JO de la jeunesse d'été. Des sportifs que l'on retrouvera peut-être à Paris en 2024

Les Jeux Olympiques de la jeunesse ont été créés sur deux axes forts : éducatifs et tournés vers l'avenir. « Pour nos athlètes, prendre part à ce type de manifestation est très important, souligne Yvette Lambin-Berti, secrétaire général du Comité olympique monégasque. Beaucoup de personnes n'ont en effet pas trop la notion. On dit que l'on va aux Jeux Olympiques comme si c'était quelque chose d'acquis, de facile, il suffirait de s'entraîner un peu… Bien au contraire, il faut une formation de base solide, un travail engagé. »

Pour elle, les JOJ sont une étape. « Ils constituent une chance pour nos jeunes sportifs qui ont mérité d'y participer. »

Au-delà des épreuves sportives - certaines sont d'ailleurs expérimentales, le Comité international olympique n'hésitant pas à les tester, en vue de les faire figurer au programme des Jeux dans quelques années -, les jeunes connaissent un programme éducation et culture qui leur permet de « s'approprier les valeurs profondes de l'olympisme, avec leurs camarades du monde entier, au travers d'activités, de partages… »

Engagement et structuration à tout niveau

Le prince Albert II n'a pas manqué de rappeler lui-même que ces JOJ constituent « un extraordinaire tremplin ». Alors, après avoir goûté à ces Jeux Olympiques de la jeunesse, Charlotte Afriat (15 ans, athlétisme), les nageurs Claudia Verdino (16 ans) et Emilien Puyo (15 ans) et les beach-volleyeurs Ludovic Palmaro (17 ans) et Olivier Lanteri (16 ans) ont sans nul doute déjà l'envie et le désir de prendre part aux grands Jeux. « Respire le futur ! » est d'ailleurs le slogan de ces 3es JOJ d'été qui viennent de se terminer dans la capitale argentine. Tout un symbole.

Ces cinq jeunes athlètes « rouge et blanc » doivent y penser, surtout après ce qu'ils ont vécu et connu à Buenos Aires et que Paris s'annonce dans six ans. 2024, c'est déjà demain.

« On ne leur demande pas l'impossible mais de s'engager dans une démarche de sport de haut niveau. Nous sommes bien évidemment heureux que nos jeunes athlètes se projettent sur le futur. Avec dans leur esprit peut-être une participation à Paris en 2024. Ce sera un travail de tout un ensemble. »

Yvette Lambin-Berti ajoute que « le Comité olympique monégasque est là pour les aider, les porter avec leur fédération. Mais bien évidemment, il y aura aussi la famille qui va s'investir pour qu'ils puissent s'entraîner beaucoup, la structure éducative… »

Un vrai travail d'équipe, en somme.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct