“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Les Jardins des Boulingrins à nouveau verdoyants

Mis à jour le 14/09/2019 à 10:19 Publié le 14/09/2019 à 10:18
1897 : Monte-Carlo se dessine.

1897 : Monte-Carlo se dessine. archives Monte-Carlo SBM

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Les Jardins des Boulingrins à nouveau verdoyants

Après la livraison du complexe One Monte-Carlo et le démontage des pavillons, l’espace des Boulingrins est redevenu un jardin, inspiré par le visage qu’il avait au début du XXe siècle

Après l’inauguration le 22 février du One Monte-Carlo, il restait une étape majeure dans le renouveau de la place : celui de la réinstallation des Jardins des Boulingrins.

Démontés il y a six ans, les espaces verts entre la place du Casino et l’avenue de la Costa devaient retrouver leur emplacement une fois le grand chantier achevé. En mars dernier, alors que toutes les boutiques ont intégré le One, les pavillons provisoires installés aux Boulingrins pour loger les boutiques ont été finalement démantelés. Libérant enfin l’ancien jardin.

Les équipes de la SBM ont alors inventorié la cinquantaine d’arbres qui avaient été déracinés de Monte-Carlo, au printemps 2013, pour être remisés, en pots, au Monte-Carlo Beach, en attendant la fin des travaux. Ces plantes « historiques » ont, pour la plupart, retrouvé leur emplacement à Monte-Carlo. Elles bordent désormais les nouveaux espaces des Boulingrins, redessinés par l’architecte paysagiste Michel Desvigne qui a été désigné pour repenser ces espaces verts.

Et de la verdure il y a en dans ce nouvel espace. Ainsi, la promenade s’articule désormais le long de deux espaces décaissés et engazonnés que l’on peut découvrir via deux rampes d’escaliers ou un cheminement sur un parcours en plan incliné, pensé pour permettre à tous de profiter des lieux. Michel Desvigne s’est inspiré de photos anciennes de la place du Casino et des pelouses verdoyantes de l’époque - bowling green en anglais - qui ont inspiré le nom « Boulingrin ». Le résultat tranche avec le jardin plus minéral qui était en place depuis les années 90 en surplomb de la place du Casino.

Autour des pelouses, l’ambition a été de mêler les essences de différentes plantes et fleurs en provenance de divers continents pour offrir un mélange international dans ce jardin, comme une cascade verte pour le regard des visiteurs. Et si la canicule estivale a fait mal à quelques plants qu’il a fallu renouveler au début du mois de septembre, sans surprise, ce sont les plantes grasses et tropicales, comme les protéas d’Afrique du Sud, qui ont le mieux tenu.

Côté fraîcheur, le paysagiste a conservé les trois points d’eau. Une première fontaine depuis l’avenue de la Costa, celle créée lors de l’installation des pavillons. Puis un bassin central. Et enfin, la rotonde surplombant la place du Casino.

C’est d’ailleurs sur ladite place que se jouera l’ultime acte des travaux de Monte-Carlo. Cette dernière doit être réaménagée et redessinée pour le printemps 2020. Le projet est en cours de finalisation dans les bureaux de la SBM. Et il pourrait surprendre…

1920 : la façade du Casino a sa configuration actuelle
Cyril Dodergny
1950 : sur la place, la verdure est aussi de mise.
1910 : les « bowling green », à leur apogée, sont au cœur de Monte-Carlo.
1969 : le jardin en pente douce est plus fleuri.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.