“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Les grands projets One Monte-Carlo… un an après Une nouvelle terrasse au Casino de la SBM en 2020 Chiffre d’affaires, sécurité, nouveaux équipements...

Mis à jour le 22/01/2020 à 10:03 Publié le 22/01/2020 à 10:03
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les grands projets One Monte-Carlo… un an après Une nouvelle terrasse au Casino de la SBM en 2020 Chiffre d’affaires, sécurité, nouveaux équipements...

Un an après la livraison du One Monte-Carlo, c’est au tour de la place du Casino d’entamer sa transformation avec la livraison pour Pâques d’une nouvelle esplanade arborée de palmiers

Il n’y aura pas de départ du rallye sur la place du Casino cette année. Aux décorations de fêtes qui ornaient le cœur de Monte-Carlo en ce début d’année, ont succédé palissades et murs antibruit. La place du Casino se refait une beauté.

Un an après la livraison de l’hôtel de Paris et du One Monte-Carlo, l’esplanade en plein air a droit elle aussi à son lifting. Voire à une métamorphose. Point principal : la disparition du fameux camembert engazonné au centre de la place. Créé au milieu du XXe siècle, il est en cours de démolition pour remettre la place à plat.

À partir de là, le paysagiste Michel Desvigne - qui a également redessiné les jardins des Boulingrins l’an dernier - a imaginé une nouvelle esplanade dallée d’une pierre beige. Et rythmée par une vingtaine de palmiers. Au centre, une petite fontaine sera conservée avec l’œuvre d’Anish Kapoor, qui trônait déjà au centre du camembert.

Des projets de miroirs d’eau ou de pelouse ont, un temps, été envisagés, mais finalement écartés pour le choix du dallage en pierre.

Une large piétonnisation

Outre le fait de redessiner la perspective, le résultat permet de gagner aussi en espace piéton. Car les voitures ne passeront plus devant le Café de Paris. La circulation longera l’Hôtel de Paris - pour ne pas de dénaturer le circuit de F1 -et l’accès jusqu’au parvis du Casino sera possible en circulant derrière une rangée de palmiers. À l’été 2018, le test de la piétonnisation de la place avait fait débat… et créé une bronca sur les réseaux sociaux. La nouvelle configuration de la place réitérera, comme en 2018, l’impossibilité de circuler devant le Café de Paris, mais cette fois l’accès sera toujours carrossable au pied du Casino, où les touristes pourront continuer d’apprécier les belles cylindrées parquées devant l’établissement.

La nouvelle place doit être livrée pour le week-end de Pâques. Avec dans le viseur, l’accueil des grands événements annoncés de l’été : la F(ê)aite de la danse le 4 juillet et le concert de Celine Dion en plein air, le 18 juillet.

Techniquement, c’est la prouesse de ce nouvel équipement, en 48 heures, les palmiers en bac peuvent être retirés du dallage pour offrir une vaste esplanade nue. « L’idée est de pouvoir faire, une fois de temps en temps, de grands événements. Et d’utiliser ce lieu pour des manifestations, des lancements de voitures, des cocktails. On pourra désormais vendre à nos clients cet espace très prestigieux », parie Jean-Luc Biamonti, president-délégué de la SBM.

C’était en février 2019. Après quatre ans de travaux, la famille princière inaugurait le nouveau complexe One Monte-Carlo installé à la place de l’ancien Sporting d’hiver. Près d’une année plus tard, Jean-Luc Biamonti affiche sa satisfaction concernant l’exploitation de ces nouveaux espaces.

« Toutes les boutiques sont louées, les locataires sont très contents, beaucoup nous demandent des mètres carrés supplémentaires que l’on n’a évidemment pas » détaille-t-il, espérant à l’avenir pouvoir créer quelques nouveaux espaces commerciaux, du côté de l’allée François-Blanc.

Concernant l’occupation des appartements du One, le patron de la SBM se dit « très satisfait », malgré un petit frein dans les locations en fin d’année. « En janvier, nous avons redémarré très forts, des signatures avec de gros clients vont se concrétiser ».

Seul bémol, l’immeuble de bureaux, installé côté avenue Princesse-Alice, n’est pour l’heure occupé qu’à un tiers. Explications ? « Nous avons eu un pépin car quelqu’un qui avait pris les deux derniers étages n’a pas donné suite. Heureusement pour nous, il avait donné un deposit que l’on a gardé. Pour le reste, je pense que nous avons fait l’erreur de présenter les plateaux bruts de décoffrage. Et nous sommes en train de réparer cette erreur car ce n’est pas vendeur. On finit les sols, la clim… mais on ne fait pas les partitions, ce qui permet au locataire de dessiner ses bureaux comme il l’entend ».

Depuis quelques jours, une partie de la façade du Casino, côté allée François-Blanc est empaquetée. Derrière l’échafaudage, des travaux ont démarré dans le bâtiment pour créer une nouvelle terrasse sur cette aile. « Cette terrasse existait avec de grandes arches initialement. Au fil du temps, des vitres avaient été placées devant les arches et les bureaux de l’administration avaient été créés à cet endroit », explique Jean-Luc Biamonti.

Ces bureaux ont été déplacés, les vitres enlevées et l’idée est de créer une nouvelle terrasse de jeux équipée de machines à sous pour les gros joueurs. « Ils jouent actuellement au Casino du Café de Paris dans des salles moins prestigieuses, l’idée est de les ramener à l’intérieur du Casino et on ne désespère pas qu’ils aillent un peu jouer aux tables ». Ces joueurs fidèles ont d’ailleurs été consultés pour l’aménagement de cet espace - qui devrait être livré avant l’été - et l’on pourra fumer tout en jouant.

Des travaux qui entrent dans une première phase d’un chantier plus global dans le Casino, en cours de réflexion. « Nous avons commencé par nous préoccuper de deux catégories dont on ne s’occupait pas : les non-joueurs et les funs gamblers. Nous avons animé l’Atrium, ouvert un bar, une boutique qui génèrent des revenus. Et puis, dans la Salle Europe, nous essayons d’emmener des gens qui ne sont pas forcément des joueurs récurrents, dans l’ambiance du Casino ».

L’étape suivante serait de réaménager « de façon significative » les salles réservées aux grands joueurs. « Ce sont de gros investissements », commente Jean-Luc Biamonti, « il ne faut pas se louper car il s’agit de notre clientèle la plus importante et il ne s’agirait pas de faire quelque chose qui ne leur plaît pas ».

Alors la réflexion est en cours, avec des travaux envisagés d’ici à deux ou trois ans. En prenant en compte l’intégration du Sun Casino [la SBM ayant choisi de ne pas renouveler son contrat pour ces salles de jeux au Fairmont, ndlr] à l’horizon fin 2022, début 2023.

« Les fêtes de fin d’année ont été correctes jusqu’à fin décembre, moins bien début janvier », annonce Jean-Luc Biamonti. Pour autant, il l’affirme : « Nous sommes en avance sur nos résultats, sans les augmenter. On a du mal à faire beaucoup mieux en haute période, où on est toujours à saturation. Le challenge est d’améliorer nos performances dans les mois creux, pour compenser la saisonnalité ».

« Les Jeux confirment un redressement initié depuis trois ans. Les politiques initiées par Pascal Camia et ses équipes portent leurs fruits, doucement. Nous espérons arriver à l’équilibre, cette année on ne devrait pas en être loin. L’hôtellerie, elle, reste déficitaire ».

La tenue de grandes manifestations populaires cet été sur la nouvelle place du Casino sera un défi en matière de sécurité. Pour le concert de Céline Dion, les détenteurs de places, toutes nominatives, auront préalablement envoyé leur pièce d’identité au service billetterie. Et pour entrer sur la place du Casino le 18 juillet, il faudra se munir de sa place de concert et d’une pièce d’identité.

Pour la F (ê) aite de la danse, la question est plus vaste, car beaucoup de monde naviguera place du Casino ce soir-là. « Mais nous travaillons très bien avec le gouvernement pour trouver des solutions », souligne Jean-Luc Biamonti, qui ne cache pas qu’il est d’un naturel inquiet…

Pour prévenir des coups de mer, la SBM a entamé l’an dernier la construction d’une digue sous-marine pour casser le courant de la Méditerranée dans l’anse du Monte-Carlo Beach. Des travaux qui ne s’achèveront que prochainement. « Nous avons tout retardé d’une année, fait des études en bassin. Nous allons voir maintenant comment ça va se passer avec cette digue jusqu’à l’hiver prochain. Si, comme nous l’espérons, la digue protège bien, nous pourrons rénover la plage du Monte-Carlo Beach. Car ce n’est pas nécessaire d’investir si la digue n’est pas efficace car tout est balayé par les vagues deux à trois fois par an ».

Si les projets pharaoniques hôteliers ne sont pas d’actualité pour l’heure au sein de la SBM, des travaux se poursuivent dans les hôtels. Du côté du Larvotto, des chambres vont être refaites au Monte-Carlo Bay qui fêtera cet automne son quinzième anniversaire.

Et, une grande suite est en cours d’aménagement au plus haut de la tour, qui occupera tout le onzième étage.

Nouvelles initiatives gastronomiques ?

Plus d’espace pour les piétons, voilà l’esprit de la nouvelle place attendue pour le week-end de Pâques.	
	(Esquisse Michel Desvigne Paysagiste)
Au printemps, Monte-Carlo aura des faux airs de palmeraie.	(Esquisse Michel Desvigne Paysagiste)
Les travaux pour démolir le camembert ont démarré lundi.
Les travaux pour démolir le camembert ont démarré lundi. Jean-François Ottonello
Jean-François Ottonello
Le nouvel espace extérieur, derrière les arches, donnera sur l’allée François-Blanc.
Le nouvel espace extérieur, derrière les arches, donnera sur l’allée François-Blanc. J.-F.O.
archives Monaco-Matin

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.