“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Les Grands Prix de Monaco étant annulés, les derniers vestiges vont être remisés

Mis à jour le 03/06/2020 à 15:44 Publié le 17/05/2020 à 18:23
Le socle de la Direction de course a été remisée en entrepôt cette semaine.

Le socle de la Direction de course a été remisée en entrepôt cette semaine. Photo Cyril Dodergny

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Les Grands Prix de Monaco étant annulés, les derniers vestiges vont être remisés

En jachère sur le quai Albert-1er et la Darse Sud durant le confinement, les quelques structures installées avant l’annulation des Grands Prix auront totalement disparu à la fin de la semaine.

Les passionnés de sports mécaniques et les Monégasques le savent : l’Automobile Club de Monaco, c’est une armée de bénévoles dévoués et une véritable machine de guerre quand il s’agit de mettre en musique des événements mondiaux. Un perfectionnisme digne des plus grandes écuries de Formule 1. La constance en plus.

Sauf que pour la première fois en 91 ans, l’ACM a dû déposer les armes face à plus fort. Le Covid-19 ayant eu raison du 78e GP de Monaco.

Comme beaucoup, les équipes du président Boeri y ont cru. Cru que ce foutu virus serait poussé hors piste à temps pour organiser les Grands Prix de Monaco Historique, puis de F1. Avant de se résigner, alors que 80% des places étaient vendues et que les premières structures émergeaient sur le quai Albert-1er depuis la mi-mars.

Des charpentes métalliques dont le démontage a repris lundi dernier et devrait se poursuivre jusqu’à la fin de semaine. Au prix d’un nouveau casse-tête logistique.

"On s’est arrêté à temps"

En temps normal, le montage du circuit requiert 45 jours de main-d’œuvre; 25 pour le démonter. Si la tâche est moins lourde cette année – malgré quelques aléas, c’est que les organisateurs ont su dire stop à temps selon Christian Tornatore, commissaire général du Grand Prix.

"Heureusement qu’on a pris la décision d’annuler le jeudi (19 mars), parce que le lundi (23 mars), les camions chargés avec les éléments de tribunes s’apprêtaient à débarquer. On s’est arrêté à temps avant de devoir replier tout le matériel". À partir du lundi, six semi-remorques auraient ainsi tourné quotidiennement sur site.

Le 19 mars, tout le monde est donc reparti à la maison en laissant en plan les premières installations, concentrées exclusivement sur le quai Albert-1er, à commencer par le socle de la Direction de course ou l’escalier de la Piscine.

"Il y avait quatorze remorques qui étaient stationnées sur le quai et allaient attaquer le rez-de-chaussée de la Direction de course, qui devait être mis en place le jour où on s’est arrêté de travailler", rembobine Christian Tornatore.

"Il n’y aura plus rien le samedi 23 mai"

Outre les tribunes, les bungalows techniques des gradins de la piscine ou encore les loges des tribunes T, sur la Darse Sud, n’ont donc pas été montées pour rien. Idem pour les premiers grillages et rails qui auraient dû faire leur apparition la semaine suivant l’annulation."C’est graduel, par zone", rappelle Christian Tornatore.

Avec le retour des transporteurs et grutiers – dans le respect des nouvelles normes sanitaires –, le quai Albert-1er a pu être déblayé cette semaine. Dès lundi, ce sera au tour de la Darse Sud.

"Comme c’est une société sous traitante qui vient de Croatie, des spécialistes du montage de charpente métallique, ils ont du mal à traverser l’Italie pour revenir chez nous. Si tout va bien, il n’y aura plus rien le samedi 23 mai. Le jour où auraient dû se tenir les essais qualificatifs [rires]. Et s’ils ne parviennent pas à franchir les frontières, c’est la société Polymétal qui assurera le démontage."

À noter que le 78e Grand Prix de Monaco était aussi subordonné cette année au bon déroulement des travaux publics sur le quai des États-Unis et à la livraison de la nouvelle place du Casino de Monte-Carlo. Sur ce point, aucun problème, puisque les délais de livraison étaient tenus.


"La place du Casino a été resurfacée ces derniers jours, elle est parfaite, note Christian Tornatore. Ils avaient promis de terminer à la date et ils ont travaillé, “confinés” sur site pour finir dans les temps, puisque c’était terminé avant Pâques."

Idem pour la S.A.M. Sitren, qui parachève actuellement les travaux du quai des Etats-Unis après leur mise en suspens par la crise sanitaire, mais qui aurait quoi qu'il arrive mener sa mission à terme en temps et en heure, bien avant la tenue des Grands Prix.

 

Pas le temps de gamberger

"Les gens ont salué notre courage, que les choses soient claires et qu’on ne propose pas un report du Grand Prix alors que c’était beaucoup trop complexe à remettre en route tellement ça implique de personnes et de sociétés", se félicite Christian Tornatore.

Du côté de l’ACM, on n’est pas du genre à broyer du noir et les équipes s’affairent au "maintien" du 21e e-rallye Monte-Carlo, fin octobre. "On a déjà du monde sur les routes pour le WRC aussi, car les dossiers doivent arriver en Préfecture six mois avant l’épreuve. Il ne faut pas être en retard, surtout pas!"

"Le Covid-19 n’a pas encore dit son dernier mot", rappelle toutefois Ruchdi Hajjar, directeur général de l’ACM, dans une lettre adressée samedi aux membres. Le restaurant du Club restera ainsi fermé jusqu’en septembre.

La boutique est réouverte selon les règles de distanciation, suivra le bureau d’accueil le 3 juin.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.