“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les grandes manifestations sous haute surveillance à Monaco

Mis à jour le 04/05/2016 à 05:05 Publié le 04/05/2016 à 05:05
Pour les prochaines épreuves automobiles, le contrôle des accès sera renforcé (comme ici à l'entrée des stands), et la vigilance sur l'ensemble du territoire monégasque accrue.

Pour les prochaines épreuves automobiles, le contrôle des accès sera renforcé (comme ici à l'entrée des stands), et la vigilance sur l'ensemble du territoire monégasque accrue. Photo Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les grandes manifestations sous haute surveillance à Monaco

Grands Prix Historique, F1 voire électrique, Jumping, concerts… Tous les grands rendez-vous à venir feront l'objet d'un renforcement des mesures de sécurité. Risque terroriste oblige

On ne peut plus imaginer de grands rassemblements sans renforcement de la vigilance et des mesures de sécurité. » Patrice Cellario, le conseiller de gouvernement pour l'Intérieur, ne s'en cache pas : les attentats terroristes de Paris et de Bruxelles ont changé la donne. Rien ne sera plus comme avant.

Certes, la principauté de Monaco n'est pas particulièrement visée par une action terroriste. Mais dans ce petit pays où la sécurité est érigée en étendard, le niveau de vigilance est renforcé depuis plusieurs mois. « Nous devons prendre en compte cette menace diffuse, poursuit le conseiller de gouvernement. La Principauté n'est menacée par personne mais fait partie du monde occidental. Et elle concentre aussi les feux médiatiques. Nous devons donc rester très attentifs et ne pas négliger cette menace. »

Contrôle et fouille des sacs

Résultat, depuis plusieurs mois, le public n'entre plus aussi librement qu'avant dans les lieux accueillant de grands événements sportifs, culturels ou tout simplement populaires. Les accès sont dorénavant contrôlés, les sacs fouillés. On l'a vu à deux occasions : le marché de Noël, sur le port Hercule, et le Monte-Carlo Rolex Masters. Il en sera de même lors des deux événements automobiles de ce mois de mai - le Grand Prix Historique, du 13 au 15 mai, et le Grand Prix de Formule 1, du 26 au 29 mai -, mais aussi pour le probable ePrix, le Jumping, le Festival de télévision, les concerts de l'été…

Pour les prochaines épreuves automobiles, le contrôle des accès sera renforcé, la vigilance sur l'ensemble du territoire monégasque accrue. Plus que de coutume. « Ces mesures sont attendues par le public qui réclame un haut niveau de sécurité », assure Patrice Cellario. Elles seront pilotées par l'Automobile Club de Monaco (ACM), l'organisateur des deux épreuves.

« Comme on l'a vu à l'entrée du Monte-Carlo Country Club pendant le dernier tournoi de tennis, les organisateurs réaliseront un filtre lors du contrôle des billets et procéderont à une fouille des sacs », précise le conseiller de gouvernement. Le tout en lien avec la Sûreté publique qui interviendra en renfort, si besoin, pour des contrôles d'identité, des palpations ou des arrestations.

Attentat simulé à Cannes : ils y étaient

Les policiers monégasques, de leur côté, sont formés au risque terroriste. Chaque semaine, les hommes de l'Unité spécialisée d'intervention et de voie publique (USIVP) s'entraînent. Les vingt-cinq policiers qui composent cette unité d'élite ont d'ailleurs participé à un exercice grandeur nature de simulation d'attentat, le 21 avril dernier à Cannes (nos éditions du 22 avril).

En outre, l'échange d'informations entre Monaco et le pays voisin est également renforcé depuis la vague d'attentats en Europe. « Les relations avec la France se sont intensifiées en raison de cette menace d'une nouvelle nature, formule Patrice Cellario. La Principauté, terre de quiétude, est immergée dans les Alpes-Maritimes, un département où des groupes radicalisés ont été identifiés. Les frontières ne sont pas fermées. Ces échanges d'informations sont indispensables pour réduire l'incertitude. » L'incertitude, mais aussi et surtout l'inquiétude.

Patrice Cellario, conseiller de gouvernement pour l’Intérieur: La loi sur la sécurité votée en juin?«Oui, j’y crois»

Le mois dernier, la police a invité les parents d’élèves à ne plus stationner devant l’école FANB.

Une mesure de sécurité liée aux attentats de Paris et de Bruxelles?
Ce n’est pas strictement en lien avec la problématique des attentats mais ce n’est pas totalement étranger non plus. En fait, il s’agit surtout d’éviter la saturation des voies d’accès près des écoles de Monaco-Ville. Ailleurs à Monaco, nous avons réussi à régler le problème. Pas là. Après des actions de sensibilisation auprès des parents, nous avons constaté des améliorations, avant la reprise de mauvaises habitudes. Ces embouteillages importants à Monaco-Ville constituent un risque, notamment la difficulté pour les secours d’intervenir, si besoin. La Sûreté publique est donc passée, il y a un mois, à une démarche sur le terrain pour demander aux voitures de ne pas stationner devant les écoles.

Quelles sont les solutions pour les parents?
Il y a d’abord le ramassage scolaire. Pour les parents des tout-petits, il faut rechercher d’autres solutions pour réduire le nombre de voitures. Je pense notamment au covoiturage et au parking des Pêcheurs. C’est une question de civisme, aussi.
Les attentats ont conduit le gouvernement princier à déposer une loi sur la sécurité.

Avec le changement de président à la tête du Conseil national, pensez-vous qu’elle sera votée lors de la session de printemps?
Oui, j’y crois. Le texte a été déposé fin novembre 2015. La commission de législation a commencé son examen. Le gouvernement reste à la disposition du Conseil national pour que le texte soit inscrit à cette session. Il reste encore deux mois de travail.
Propos recueillis par a.c.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.