Rubriques




Se connecter à

Les Français de Monaco font leur grand débat

L’Union des Français de Monaco a organisé, jeudi soir, une rencontre autour du Grand débat national voulu par la présidence française. Un rendez-vous qui a rencontré un vrai succès

Ludovic Mercier Publié le 09/03/2019 à 10:24, mis à jour le 09/03/2019 à 10:24
A Monaco aussi, les Français en ont marre de payer des impôts, et ils s’étaient déplacés pour le dire.
A Monaco aussi, les Français en ont marre de payer des impôts, et ils s’étaient déplacés pour le dire. Jean-François Ottonello

Ils étaient une soixantaine, ce jeudi, à s’être déplacés à la Maison de France pour assister et participer au débat organisé par l’Union des Français de Monaco, et son président Christophe Pisciotta, transformé pour l’occasion en animateur.

Le président avait mis les petits plats dans les grands, et pour l’occasion, avait convié, entre autres, Samantha Cazebonne, députée des Français de l’Étranger de la cinquième circonscription, Jean-Luc Delcroix, conseiller consulaire, et Jean-Yves Leconte, sénateur des Français de l’Étranger.

Depuis un mois, un cahier de doléances avait été mis à disposition physiquement et par mail. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas été pris d’assaut : une petite dizaine de contributions y était consignée, pour la plupart tournant autour du thème qui a éveillé les passions en France : la fiscalité. Car les Français de Monaco, comme d’ailleurs, en ont marre de payer des impôts en France, considérant qu’ils n’utilisent pas les services publics de l’Hexagone.

 

Échange avec les élus

C’est donc sans grande surprise la partie du débat qui a pris le plus d’importance, la transition écologique ayant été écartée à la quasi-unanimité : « Ici, cela fait plus de dix ans que l’on s’en occupe. C’est pour cela qu’on n’en parle pas ce soir », a assuré Christophe Pisciotta.

Prenant très à cœur son rôle d’animateur, il s’est efforcé, durant toute la durée du débat, de transformer les récriminations de chacun en propositions. Ainsi, sur la fiscalité et les dépenses publiques, il a été proposé d’harmoniser les différents régimes de retraite, de supprimer la CSG, d’uniformiser les attestations de vie pour les différents régimes de retraite, ou encore de supprimer les impôts sur le revenu au profit d’une TVA plus importante, qui pourrait être augmentée de façon très significative sur les produits de grand luxe.

Ici aussi, une plus grande justice fiscale a été demandée : « Quand je vois que des gens très très riches ne paient pas d’impôts, ça me choque », a lancé une dame.

La présence des élus a été l’occasion pour les citoyens d’échanger et d’interroger leurs élus, sur le fonctionnement des institutions.

Les propositions ont été consignées et seront remontées aux autorités françaises.

 

Ravie de ces échanges, Samantha Cazebonne a proposé de renouveler l’exercice, pour porter au mieux les voix des citoyens aux institutions. Hors du cadre du Grand débat national français actuel.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.