“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les Farfadets présentent jeudi leur toute dernière création

Mis à jour le 05/11/2019 à 10:16 Publié le 05/11/2019 à 10:15
Les trois actes s’enchaînent grâce à une scénographie de Jean-Baptiste Nallino (en haut, au centre). L’univers sonore est créé et interprété par Clément Althaus (en haut, à droite).

Les trois actes s’enchaînent grâce à une scénographie de Jean-Baptiste Nallino (en haut, au centre). L’univers sonore est créé et interprété par Clément Althaus (en haut, à droite). Les Farfadets et Adrian Althaus

Les Farfadets présentent jeudi leur toute dernière création

Après-demain, la compagnie monégasque propose aux scolaires puis au public son travail théâtral avec Brûler des voitures. Une œuvre qui rassemble neuf comédiens et cinq créateurs

Ils forment une sacrée équipe ! Les Farfadets travaillent jour et nuit pour régler tous les détails de leur toute dernière création : Brûler des voitures. La pièce de Matt Hartley, traduite de l’anglais par Séverine Magois, a enthousiasmé Sophie Cossu, qui met en scène neuf comédiens ainsi que de nombreux créateurs pour présenter, jeudi au Théâtre des Variétés, une œuvre qui interroge sur la nature humaine à la lueur d’un événement dramatique.

« C’est la première fois que nous avons une machine théâtrale aussi importante », explique Sophie Cossu. La pièce, montée par la compagnie monégasque, dispose d’une scénographie impressionnante. « Jean-Baptiste Nallino, qui travaille pour Anthéa à Antibes, a conçu cet imposant dispositif qui permet d’avoir trois intérieurs d’appartements différents. » Au son, Clément Althaus. L’artiste est bien connu des scènes de la région pour ses créations musicales et lyriques à l’Opéra de Nice et à Anthéa. C’est lui que Monaco a choisi pour la création musicale du son et lumière des Fiefs au Palais princier en 2018. « Il a trois morceaux pour lesquels il est auteur-compositeur-interprète, et il a créé tout l’environnement sonore de la pièce. » Créateur lumière, Erik de Saint-Ferréol, qui œuvre également au Théâtre des Variétés, « sait parfaitement créer les différentes ambiances de la pièce ».

Enfin, à la vidéo, Guillaume Sapey-Triomphe ajoute ses captations pour un spectacle total.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.