“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Les exploits de Charlot Leclerc contés par sa famille 83 %

Mis à jour le 01/12/2019 à 10:08 Publié le 01/12/2019 à 10:08
Son oncle : « J’en ai encore des frissons de le voir sur le podium à Monza. » 	(©Ferrari)
Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Les exploits de Charlot Leclerc contés par sa famille 83 %

Dans quelques heures le drapeau à damier s’agitera pour la dernière fois de la saison sur la piste d’Abu Dhabi. Les proches du pilote monégasque rembobinent une saison forte en émotions

On pourrait épiloguer sur son talent, encenser ses manœuvres, vanter sa communication, recompter ses trophées, imprimer son sourire, débattre de ses erreurs, commenter celle de son coéquipier, même clouer Ferrari au pilori pour ses frustrantes stratégies. On pourrait rembobiner mille fois le scénario de la saison qu’au final, rien ne saurait mieux résumer l’ascension de Charles Leclerc qu’une course de… taxi.

Dimanche 8 septembre. Monza. Les tifosis, en liesse, quittent le temple de l’auto repus de bonheur. Paré du rouge passion, un Monégasque aux traits juvéniles vient de mettre un terme à la disette du Cheval cabré en terre sainte. à la nuit tombée, le héros passe le volant et monte dans un taxi, en famille. La suite, c’est l’aîné de la fratrie Leclerc, Lorenzo, qui la conte…

“Thérapie-taxi”

« Le chauffeur a demandé à Charles s’il était allé voir le Grand Prix et lui a dit que ça faisait dix ans que la Formule 1 ne l’intéressait plus, mais que ce jeune Monégasque avait l’air vraiment fort. J’étais au fond du taxi et Charles s’est retourné pour nous demander s’il devait lui dire qui il était. Je lui ai dit que oui, que ça lui ferait sa journée. Quand Charles lui a annoncé, le chauffeur a pilé [rire]. Il était sous le choc d’avoir Charles à côté de lui. Ils ont fait des photos et il lui a demandé un autographe. »

En ces temps de starification des sportifs, où le culte de l’ego devient baromètre du talent, Charles Leclerc garde les pieds sur terre. « C’est ce que l’on répète à tout le monde, il est resté exactement le même, confirme son ami d’enfance, Guillaume. On continue à faire nos restos entre amis, il nous tient au courant de ses résultats les week-ends de course, on se voit dès qu’il rentre à Monaco… »

Et au rendez-vous des souvenirs, tous les proches du chouchou de Monaco sont unanimes : Monza est gravé à jamais dans les cœurs. « C’est antinomique. On a envie de retenir Spa, parce que c’est la première victoire, mais elle est trop connotée par la perte d’Anthoine (Hubert) », confesse Thierry Manni, l’oncle de Charles « L’Éclair ».

“Hors-pistes”

« Mon meilleur souvenir sportif, c’est bien évidemment Monza, poursuit Thierry. C’était juste hallucinant, en tant que Monégasque, de gagner devant les tifosi avec une Ferrari. J’en ai encore des frissons de le voir rentrer sur le podium avec cette ligne droite bondée de fans qui chantent l’hymne italien ».

« On a tous vu les images à la télévision mais quand on y est, dans les tribunes, comme j’y étais avec sa maman et un ami, face à la ligne de départ, c’était une grande fierté de voir Charles toucher au but. Enfin, un but, car son but c’est d’être champion du monde un jour », confie Guillaume.

Arthur, le frère cadet, lui-même pilote, insiste sur la manière. La patte Leclerc en ce jour de triomphe. « Il a vraiment dû se battre, avec la pression d’Hamilton derrière. On s’est pris dans les bras, je l’ai félicité mais je ne sais même plus ce qu’on s’est dit dans le feu de l’action », Des instants figés dans le temps pour Lorenzo. « J’ai suivi la course depuis les stands et le souvenir est toujours aussi fort des mois après. »

D’autres moments, plus intimes, ont échappé à la curiosité des caméras. Comme le soir de la première victoire en F1 de Charles, à Spa-Francorchamps. Quand son chauffeur l’accueille à l’aéroport de Nice et prétend devoir faire le plein d’essence… « On a tous débarqué avec la famille, les copains et les enfants, même s’il y avait école le lendemain, raconte Thierry Manni. Intérieurement l’émotion devait être très forte mais quand Charlot nous a vus à la station-service, il a dit : “Qu’est-ce que vous foutez là ?” [rire]. »

“Station-surprise”

Les yeux « écarquillés » face à un Charles coupe en mains, la poignée de clients de la station-service est alors témoin d’une réunion de famille impromptue. Inoubliable pour ses acteurs. « C’était un moment épris d’émotion avec le décès d’Anthoine la veille », témoigne Thierry, la voix engluée.

« Une chose qui m’a surpris cette année, en tant que frère, c’est l’évolution de Charles dans les paddocks, son gain de maturité, conclut Lorenzo. Il a les épaules très solides et encaisse les différentes pressions inhérentes à la Formule 1, à Ferrari, ou à tous les problèmes et frustrations qu’il a pu rencontrer. Il a mûri d’un coup et, aujourd’hui, il est capable de mener son équipe vers la victoire. » Une dernière pour la route ?

Convertis à la F1

Le clan Leclerc au complet.
Le clan Leclerc au complet. Dylan Meiffret
Qui des deux montera sur la 3e place du podium ?
J.-F. Ottonello

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.