Rubriques




Se connecter à

Les entreprises de Monaco cartonnent à Pékin

La mission en Chine organisée par le Monaco Economic Board a surpassé toutes les attentes de son président et des entreprises présentes. Un travail de longue haleine qui porte enfin ses fruits

Publié le 10/09/2018 à 05:12, mis à jour le 10/09/2018 à 05:12
A l'issue de cette mission, le sourire était sur tous les visages de la délégation, témoignant de son succès.
A l'issue de cette mission, le sourire était sur tous les visages de la délégation, témoignant de son succès.

C'est un vrai succès. Après Moscou l'année dernière, Pékin est une étoile de plus à accrocher au firmament du Monaco Economic Board. Deux pays différents, deux marchés avec des points communs pour les entrepreneurs de l'Ouest : une langue différente, une culture forte, un alphabet indéchiffrable, et des réactions parfois surprenantes.

Mener des interviews à Pékin n'est pas de tout repos : l'entrepreneur chinois n'hésite pas à s'imposer dans la conversation, et à vous évincer. Ce n'est pas là une marque d'impolitesse. Juste celle d'un intérêt marqué pour l'entreprise monégasque. Un exemple parmi tant d'autres qu'aborder le marché chinois est véritablement une conquête, dans un territoire où aucun de nos repères culturels n'est valable.

Au-dessus de tout espoir

 

Malgré toutes ces difficultés, le succès est au rendez-vous : « C'est au-dessus de toutes nos espérances. Les participants eux-mêmes ne s'attendaient pas à autant de contacts de qualité. Ce qui est rare, explique Michel Dotta, le président du MEB. C'est un marché très difficile. Il ne faut jamais rien lâcher. Il faut y retourner. Il ne faut pas se détourner ou s'impatienter. »

Le succès de ce voyage est la preuve que la persévérance paie, au contraire du découragement. Michel Dotta confie que l'ambassadeur chinois à Paris, Jun Zhai, s'est vraiment impliqué : « C'est lui qui a fait venir la CCPIT (*), un organisme vraiment influent, et cela a tout débloqué. Nous ne connaissions pas cet organisme et aujourd'hui, nous avons signé un partenariat avec eux. »

Cet accord, c'est une façon de se dire que les deux pays s'apprécient, et que les bonnes relations commerciales vont se poursuivre. Une sorte de déclaration d'intention. Un acte qui vaut de l'or dans ce pays, d'après plusieurs acteurs économiques qui ont participé à la mission, et qui connaissent bien la Chine.

Ne rien lâcher

 

Aujourd'hui, les portes sont donc ouvertes. Le tapis rouge est presque déroulé. La tentation pourrait être grande de se dire que le plus gros est fait et qu'on peut souffler.

Mais Michel Dotta glisse un conseil de pro : « Plus encore que le marché russe, le marché chinois demande un travail de longue haleine, et il ne faut surtout pas se décourager maintenant. Il faudrait même plutôt remettre un coup d'accélérateur. »

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.