“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les Croates de Monaco, fiers et sans gueule de bois

Mis à jour le 17/07/2018 à 05:09 Publié le 17/07/2018 à 05:09
Jean-Philippe Sprile entouré de son petit-fils, de son gendre et son frère jumeau. « On n'a pas été ridicules, loin de là ! », réagit-il après la défaite.

Jean-Philippe Sprile entouré de son petit-fils, de son gendre et son frère jumeau. « On n'a pas été ridicules, loin de là ! », réagit-il après la défaite. DR

Les Croates de Monaco, fiers et sans gueule de bois

Malgré la défaite 4 à 2, les Croates de la Principauté ne sont pas dépités pour autant. Un sentiment de fierté ressort de leurs analyses post-Mondial, à l'instar d'une presse dithyrambique

Merci, héros ! Vous nous avez tout donné ! », « Vatreni (1), vous êtes les plus grands, vous êtes notre fierté, vos noms seront écrits à jamais en lettres d'or ! » A lire les journaux croates, en ce lundi matin, à voir les scènes de liesse à Zagreb, Split ou encore Zadar, on pourrait facilement croire à une Croatie perchée sur le toit du monde. Mais non, c'est bien sûr la tunique tricolore, au-dessus de l'emblème du coq, qu'est venue se broder une deuxième étoile dimanche soir.

On avait quitté les Croates de la Principauté confiants mais logiquement méfiants, à quelques heures du coup d'envoi de la finale. Et à l'instar d'une presse croate dithyrambique, on les retrouve fiers de leur nation. Fair-play malgré les quatre pions encaissés par leurs compatriotes et le portier de l'ASM, Danijel Subašic.

Pas dépités pour un sou. Mais plutôt réalistes, à vrai dire.

« On n'a pas été ridicules »

« Les Français ont mérité de gagner, concède sans ambages Matéo Mornar, sculpteur à Monaco. J'ai vu des Croates qui ont tout donné, ont montré un courage à toute épreuve mais qui ont manqué de chance et de fraîcheur physique. »

« On n'a pas été ridicules loin de là. C'est une énorme fierté pour notre pays. On ne pensait pas être dans le dernier carré. Ils ont eu un mental de guerriers », analyse Jean-Philippe Sprile, Monégasque d'origine croate. Ivan Salopek, croupier à Monaco, surenchérit forcément chauvin : « Désormais, le monde entier sait où se trouve la Croatie. Après, pour être très honnête, c'est le scénario qu'on attendait face à une équipe au collectif bien huilé… »

Terminer deuxième du Mondial sonne finalement comme une victoire salutaire pour ce pays à la jeune histoire, peuplé d'à peine 4 millions d'âmes. « En Croatie, les gens ont fait la fête toute la nuit comme s'ils avaient gagné le trophée suprême. Et on attend plus de 100 000 personnes sur la place Ban-Jelacic-de-Zagreb pour le retour des joueurs », jure Damir Radulic, capitaine du yacht Iman. D'ordinaire en mouillage à Monaco, ce mastodonte des mers de plus de 50 mètres vogue du côté de l'île de Corfou (Grèce) pour le compte d'un richissime patron allemand. « On a regardé la finale dans un bar avec l'équipage. Il y avait beaucoup de supporters français et croates qui se chambraient gentiment ! On est un peu tristes mais tellement fiers »

« Ne soyez pas tristes »

« Ne soyez pas tristes. Ils sont champions dans nos cœurs », titre justement le quotidien 24sata.

« La Croatie a, certes, perdu le dernier match mais elle a conquis le cœur de millions de personnes dans le monde entier », réagit Jean Kerwat, consul honoraire de la République de Croatie à Monaco. Lequel reprend une citation gravée sur le bus de l'équipe de Croatie : « Petit pays mais grands rêves ».

Dimanche, la Croatie a rêvé comme jamais. À perdu, certes. Mais, ne se réveille pas groggy. Loin de là.


La suite du direct