“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Les Contes d'Hoffmann et… d'Olga

Mis à jour le 24/01/2018 à 05:23 Publié le 24/01/2018 à 05:23
La rencontre entre Juan-Diego Florez et Olga Peretyatko.

La rencontre entre Juan-Diego Florez et Olga Peretyatko. Alain Hanel Opéra de Monte-Carlo

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les Contes d'Hoffmann et… d'Olga

L'actuel spectacle donné Salle Garnier, avec le célèbre ténor Juan Diego Florez, nous offre la découverte d'une magnifique soprano russe, Olga Peretryako

Bien sûr, lundi, on était venu aux Contes d'Hoffmann, Salle Garnier, pour découvrir le nouveau rôle abordé par le célèbre ténor Juan Diego Florez, qui a décidé d'élargir son style de répertoire [lire nos éditions du 20 janvier]. C'était un événement : le monde de l'art lyrique avait l'oreille tendue vers Monte-Carlo.

On était donc venu pour Florez et… c'est la soprano russe Olga Petetryatko qu'on a trouvée.

Elle est la révélation du spectacle. Elle devrait faire un malheur, dans les années à venir, sur les scènes internationales. Elle s'est offert le luxe de chanter à elle seule les quatre rôles féminins de l'opéra d'Offenbach - alors que généralement, ces rôles sont donnés à des chanteuses différentes. Voici une nouvelle belle trouvaille de Jean-Louis Grinda, directeur de l'Opéra de Monte-Carlo !

Quant à Juan-Diego Florez - pour revenir à lui - il a fait du Florez, pas du Hoffmann. C'est-à-dire qu'il a déployé un chant charmeur, délicat, musical, mais sans le volume vocal espéré, qui, dans ce répertoire, suscite généralement des salves d'applaudissements.

Ils ont crevé l'écran

À propos d'applaudissements, les choses sont en train de changer : vu le nombre de spectateurs qui prennent des photos avec leur téléphone portable à la fin, il ne reste plus qu'une demi-salle pour applaudir - ce qui fait une différence !

Côté mise en scène, nous avons retrouvé celle de Jean-Louis Grinda que nous connaissions déjà, créée il y a huit ans, exportée, depuis, jusqu'à Hong Kong.

L'orchestre est bien dirigé par Jacques Lacombe.

On sent, autour de Jean-Louis Grinda, toute une équipe d'amis. Et, comme on sait, les bons amis font les bons « Contes » !…

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.