“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les cimetières de la Principauté

Mis à jour le 19/10/2019 à 10:20 Publié le 19/10/2019 à 10:20
Le cimetière de Monaco en 1917.	(DR)

Les cimetières de la Principauté

Retrouvez, comme chaque mois, la rubrique Monégasque du Comité des Traditions

À partir de la semaine prochaine « dans tous les pays, grands et petits, tous, autant sains que malades, portent l’activité, portent les pensées, vers les chers cimetières, chacun prend son petit chemin et s’en va lentement, lentement avec une émotion profonde, prier sur sa tombe (1). »

Les Monégasques, quant à eux, pour fleurir les tombes de leurs chers disparus se rendront au cimetière de Monaco. Il occupe depuis 1868 le quartier des Salines du boulevard Charles-III à l’avenue Pasteur sur près de 5 % du territoire national. En effet, dès que la population de Monaco devint plus importante et que le projet de construction de la future cathédrale vit le jour, il fallut trouver un espace plus grand pour enterrer nos morts. Mais auparavant où les enterrait-on (2) ?

La sépulture principale des Monégasques était le cimetière paroissial attenant à l’église Saint-Nicolas sur le Rocher. Mais aussi des sépultures pouvaient avoir lieu dans les chapelles latérales de cette église comme les Souverains de Monaco dans la chapelle de Saint-Sébastien et les pénitents noirs dans la chapelle de Saint-Roch ou de la Conception car contrairement aux pénitents blancs qui possédaient le droit de se faire inhumer dans leur propre oratoire « la casassa », les pénitents noirs n’obtinrent jamais ce droit dans leur nouvelle chapelle de la Miséricorde. Il n’en demeure pas moins que ce sont les confréries des pénitents qui avaient le soin de rendre leurs derniers devoirs aux défunts, de les porter lors de leurs funérailles et de les ensevelir.

On enterrait aussi les morts sur le Rocher dans le petit cimetière de Saint-Martin près de la chapelle du même nom qui s’élevait autrefois à l’intersection de l’avenue des Pins et de l’avenue Saint-Martin. C’est là que furent ensevelies les victimes de la peste de 1631.

En dehors du Rocher, à la Condamine, existait un cimetière près de l’église de Sainte-Dévote ou étaient inhumés surtout les marins. La chapelle Notre-Dame du Port dénommée Sainte-Marie-la-Glorieuse située au pied du Rocher près de l’actuel virage Antony-Noghès possédait aussi un petit cimetière.

Enfin, il existait au XIXe siècle des chapelles privées situées dans des propriétés appartenant à des grandes familles monégasques comme la Chapelle Sainte-Croix au-dessus du vallon de Ste-Dévote qui abritait le tombeau de la famille Rey ou encore la chapelle Saint-Jean-Baptiste au Larvotto qui servait de sépulture à la famille Laforest de Minotty.

A semana che vegne « Drentu tüt’i paisi e paisoti, tüt’u mundu, utan sai che maroti, portu l’atività, port’u pensieri, versu i cari çementeri. Ciacün piya u so caminetu, e se ne và ciancianinetu, cun’n’emuçiun prufunda, pregà sciü d’a so’tumba 1. »

Ün qantu a i Munegaschi, se n’anderàn per sciurì ë tumbe d’i soi cari sparii a u çementeri de Mùnegu. Despœi l’anu 1868, ucüpa ciü o menu çinqe per çentu d’u territori naçiunale, da u cursu Carlu III a l’avegnüa Pasteur, a u qartiè d’ë Sarine. De fati, qandu a pupülaçiùn de Mùnegu è deventà ciü ümpurtanta e che è nasciüu u prugëtu de cunstrüçiùn d’a Catedrala, à fusciüu truvà ün postu ciü grande per ünterrà i nostri morti. Ma prima unde s’i suterrava ?

A sepültüra principala d’i Munegaschi era u çementeri parruchiale da vijìn d’a gèija San- Niculau sci’a Roca. Ma, de sepültüre purëvun se fà tambèn ünt’ë capele laterale d’achësta gèija cuma, ünt’a capela de San-Sebastiàn per i Suvrai e ünt’a capela de San-Rocu o d’a Cunceçiùn per i batü negri. Fò savè che, a u cuntrari d’i batü gianchi che gh’avëvun u dritu de se fà suterrà ünt’u so uratori « a casassa », i batü negri an mai avüu achëstu dritu ünt’a so’ nœva capela d’a Misericòrdia. E püra, sun ë cunfrerie d’i batü che gh’avëvun ün carga de se piyà cüra d’i morti, d’i purtà a i fünerali e d’i suterrà.

S’ünterrava tambèn i morti sci’a Roca ünt’u picìn çementeri de San-Martìn a cantu â capela d’u stëssu nume che se truvava a l’üncruju de l’avegnüa d’i Pìn e de l’avegnüa San-Martìn. È ailì che sun stae suterrae ë vìtime d’a pesta d’u 1631.

Fœra d’a Roca, â Cundamina, gh’era ün çementeri vijìn d’a gèija Santa-Devota unde erun ünterrai suvra tütu i marinai. A capela A Madona d’u Portu ciamà Santa Maria a Gluriusa pustà a u pen d’a Roca, d’arrente a u virage Antony-Noguès, gh’avëva tambèn ün picìn çementeri.

Ünfìn, gh’erun a u sèculu XIX, capele privae sitüae ünte de predi che erun a pruprietà d’ë grande famiye munegasche cuma, a capela Santa-Cruje ünsciü d’u valùn de Santa-Devota che assustava a tumba d’a famiya Rey o ancura, a capela San-Giuane-Batista a u Larvotu che servëva

de sepültüra â famiya Laforest de Minotty.

Le nom en dit long sur la forme de ce biscuit, très apprécié à Monaco aux environs de 1920. Son goût de noisette ou d’amande est des plus agréable et il a l’avantage de se conserver plusieurs jours dans un endroit sec.

Dans un saladier, mélanger avec une spatule le beurre ramolli, 150 g de sucre semoule avec un blanc d’œuf, ajouter le sucre vanillé, la levure chimique mélangée avec la farine, et enfin les noisettes ou les amandes. Faire une pâte.

En s’aidant de farine pour éviter le collage, allonger toute la pâte en boudins de 2 cm de large, les couper ensuite à 6 cm de long.

Les disposer sur des feuilles de papier sulfurisé en les espaçant un peu.

Mettre au four à la température de 160 ° C pendant 20 minutes, arrêter la cuisson et laisser encore 20 minutes porte entrouverte.

Décoller les biscuits après refroidissement.

Les os des morts par le Chef Paul Mullot

U nume ne dije tütu sci’a furma de chëstu büscütìn che piejëvun tantu a Mùnegu versu u 1920. U so güstu de ninçœra o d’amàndura è prun savuriu e, per de ciû, se pò cunservà-lu carche giurnu ünt’ün lœgu secu.

150 g de sücaru fin, 140 g de farina, 150 g de ninçœre o d’amàndure, üna ciàira d’œvu, ün pachëtu de sücaru vaniyau, ½ pachëtu de crescente chìmica, 40 g de bürru.

Ünt’üna giata, mesccià cun ün bulegàire u bürru fundüu, 150 g de sücaru fin cun üna ciàira d’œvu, zuntà-ghe u sücaru vaniyau, a crescente chìmica mesccià cun a farina, e ünfìn ë ninçœre e ë amàndure. Fà üna pasta cun tüt’aiçò d’aiçì. Cun l’agiütu d’a farina per evità che peghe, se stirà tüt’a pasta ünt’üna spècie de füsëte runde de 2 cm de largu e pœi fà-ne de tochi de 6 cm de longu. Mëte-li sciû de fœye de papè sülfürisau, ün scartandu-li ün pocu. Mëte a u furnu a temperatüra de 160° per 20 minüte, arrestà a cœtüra e lascià-li ancura drüntu per 20 minüte cun a porta drüverta. Destacà i büscütìn qandu sun fridi.

attribué à Walburg de Bray

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.