“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Les champions de la paix et les écoliers de Monaco

Mis à jour le 14/12/2019 à 10:11 Publié le 14/12/2019 à 10:11
Enfants et champions ont brandi le fameux carton blanc de la paix.

Enfants et champions ont brandi le fameux carton blanc de la paix. T.M.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les champions de la paix et les écoliers de Monaco

L’organisation Peace and Sport a beau s’être dotée d’une application mobile à valeur d’outil pour promouvoir la paix (lire nos éditions du 12 décembre), le principal vecteur de sa volonté d’apaiser les conflits internationaux, par le sport, reste l’éducation des enfants.

L’organisation Peace and Sport a beau s’être dotée d’une application mobile à valeur d’outil pour promouvoir la paix (lire nos éditions du 12 décembre), le principal vecteur de sa volonté d’apaiser les conflits internationaux, par le sport, reste l’éducation des enfants.

Ce mercredi, en ouverture du Forum international de l’organisation monégasque, 47 élèves de la Principauté - une classe de l’école Saint-Charles et une autre de l’école des Révoires - ont ainsi pu échanger avec des représentants du club des Champions créé voilà dix ans. Une « armée » d’ambassadeurs, selon les termes du président-fondateur de Peace and Sport Joël Bouzou, qui ont vocation à parcourir le monde pour partager leurs expériences avec les enfants.

« On a tout pour être unis »

Parmi ces acteurs de la paix par le sport, l’ex-basketteur international français Florent Pietrus, qui a parfois été confronté à des situations tendues en déplacement. « Quand on est parti à Sarajevo avec l’équipe de France par exemple, ou d’autres pays en guerre, c’est vrai que ce n’était pas sécurisant. C’est pour ça que Peace and Sport porte bien son nom. On est là pour montrer qu’on a ces valeurs et c’est un très bon moment qu’on passe avec les gamins. »

L’universalité du sport étant, selon lui, un outil sans pareil pour lutter contre des fléaux quotidiens. « Le sport réunit tout le monde autour d’une même passion et c’est ce qu’il manque dans la société aujourd’hui. On a pratiquement tous les mêmes passions, les mêmes envies, et c’est dommage qu’on cherche toujours à nous opposer par la haine, le racisme, alors qu’on a tout pour être unis. Ce sera aux jeunes de propager cette bienveillance de Peace and Sport demain. »

Lors de cette matinée de sensibilisation à la tolérance, les enfants ont pu se défouler aux côtés du taekwondiste malien Daba modibo Keita et sa consœur médaillée olympique française Marlène Harnois, le kayakiste franco-togolais Benjamin Boukpeti, l’ancienne capitaine de l’équipe de football palestinienne Honey Thaljieh, l’athlète kenyane Tegla Loroupe, le pongiste américain Tahl Leibovitz, le rugbyman tricolore Hugo Bonneval, le taekwondiste sénégalais Balla Dieye et le judoka uruguayen Grégory Vallarino.

Siya Kolisi a reçu son prix des mains de Joël  Bouzou et Didier Drogba.
Siya Kolisi a reçu son prix des mains de Joël Bouzou et Didier Drogba. Peace and Sport

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.