“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les carabiniers du Prince soufflent 200 bougies

Mis à jour le 30/12/2017 à 05:08 Publié le 30/12/2017 à 05:08
Deux cents ans qu'ils montent la garde place du Palais ; ça valait bien une petite moustache.

Deux cents ans qu'ils montent la garde place du Palais ; ça valait bien une petite moustache. Michael Alesi

Les carabiniers du Prince soufflent 200 bougies

Ils assurent la sécurité du prince souverain, de sa famille, et montent la garde du Palais.

Ils assurent la sécurité du prince souverain, de sa famille, et montent la garde du Palais. Ils participent également au maintien de l'ordre public. Et ce, depuis deux cents ans.

Tout au long de cette année, des hommages réguliers leur ont été rendus, dont un qui a été particulièrement remarqué, un peu partout dans le monde : le prince Albert II s'est laissé pousser la moustache.

La presse mondiale s'en est émue, jusqu'au très consulté People Magazine américain.

À l'origine de ce geste, une initiative proposée à la compagnie des carabiniers par le colonel Fringant, premier aide de camp du souverain, et commandant supérieur de la Force publique : « C'est un clin d'œil que j'ai choisi de lancer au sein de la compagnie pour cet anniversaire, en proposant aux membres de se laisser pousser la moustache, pour rendre hommage à nos anciens, comme un geste de reconnaissance. Et le prince nous fait l'honneur également de participer à cet hommage », nous confiait-il alors. Si le port de la moustache n'était pas réglementaire à cette époque, contrairement à la gendarmerie française, il était extrêmement courant et se retrouvait sur presque toutes les photos d'époque.

Parmi les hommages : un livre de cartes postales d'époque, un concert de Dee Dee Bridgewater lors d'une soirée présentée par Stéphane Bern, et même un timbre spécialement édité pour l'occasion.

Un bicentenaire qui s'est achevé le 8 décembre sur un événement particulièrement fort : la princesse Stéphanie a accepté de devenir la marraine de ce Corps qui n'en avait pas. Un lien établi tout naturellement tant son affection avec la Compagnie est solide et ancienne.


La suite du direct