“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les Ballets de Monte-Carlo en pleines folies

Mis à jour le 27/07/2018 à 05:17 Publié le 27/07/2018 à 05:17
«Les «Lavender follies» sont une porte dérobée pour entrer joyeusement dans le monde de la danse contemporaine.

«Les «Lavender follies» sont une porte dérobée pour entrer joyeusement dans le monde de la danse contemporaine. Alice Blagero- Ballets de Monte-Carlo

Les Ballets de Monte-Carlo en pleines folies

Création, hier soir, Salle Garnier, du ballet « Lavender follies ». Une « autre vision » de la danse contemporaine !

La danse, à Monaco, ne s'endort pas sur ses lauriers. Elle évolue sans cesse. Les Ballets de Monte-Carlo sont non seulement une troupe de danseurs que le monde entier applaudit lors des tournées, mais c'est aussi un nid de nouveaux chorégraphes qui, chaque année, prennent leur envol.

Ils sont danseurs puis, un jour, deviennent chorégraphes.

On se souvient, naguère, de la révélation de la personnalité incandescente de Jeroen Verbruggen, ex danseur qui s'est mis à faire danser les autres.

Eh bien, hier soir, il y a eu Joseph Hernandez. En voilà à nouveau une belle personnalité de chorégraphe ! Cet américain, fils de musicien militaire, est entré il y a six ans aux Ballets de Monte-Carlo. Maintenant, il met les autres en scène.

Dans le ballet « The Lavender Follies » qu'il a présenté hier soir à la Salle Garnier, et qui sera donné jusqu'à samedi, il est obsédé par des visions de cabarets du début du XXe siècle. Elles lui reviennent en vrac comme dans un rêve fou. Il nous les déverse sur scène au travers de la danse contemporaine. Ce spectacle délirant est censé se dérouler devant la journaliste Sylvia von Harden, chroniqueuse culturelle allemande du début du XXe siècle. Elle est incarnée par une danseuse, au fond de la scène, assise devant un guéridon, comme dans le portrait qu'on connaît d'elle au Centre Pompidou à Paris. D'étonnants personnages défilent sous ses yeux et les nôtres : d'abord un cortège d'hommes et de femmes torse nu, qui sont comme des fantômes surgis d'on sait quel passé, ensuite la présentatrice gainée de velours noir, un micro à la main, puis le médecin dément qui se déshabille totalement, ou encore les deux lutteurs dont la bagarre à terre restera un morceau d'anthologie, etc. Ce spectacle étrange et fascinant est à conseiller à tous - y compris aux publics qu'effraie l'idée intellectuelle de « danse contemporaine ». Ils trouveront ici de quoi s'étonner et se distraire.

Les « Lavender follies » sont une porte dérobée pour entrer joyeusement dans le monde de la danse contemporaine.

Avec « White Darkness » (« Blanche obscurité ») de Nacho Duato, donné en seconde partie du spectacle, on revient à une forme plus habituelle de chorégraphie moderne. Ce ballet est entré au répertoire de l'Opéra de Paris. Présenté comme un « ballet-requiem » à la suite d'un deuil enduré par le chorégraphe, on y voit une évocation de la fuite du temps. Le sable coule entre les mains et sous les pas des danseurs. La scène finale est particulièrement impressionnante. (On ne vous la décrit pas pour vous en laisser la surprise). Le temps passe. Les Ballets de Monte-Carlo demeurent. Et se s'endorment pas sur leurs lauriers...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.