“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les Ballets de Monte-Carlo au sommet de leur art avec Kylian

Mis à jour le 30/04/2016 à 05:07 Publié le 30/04/2016 à 05:07
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les Ballets de Monte-Carlo au sommet de leur art avec Kylian

Bernice Coppieters est remontée sur scène pour danser sur la musique du chanteur Prince

Soudain, jeudi soir, au Grimaldi Forum, les danseurs du Ballet de Monte­Carlo, vêtus de robes en lamé or et coiffés de chapeaux extravagants, se sont écartés pour laisser apparaître l'extraordinaire danseuse dont on pensait qu'elle avait définitivement quitté la scène : L'étoile Bernice Coppieters.

Surprise et ovation du public.

Dans la salle, comble, se trouvaient le prince Albert II et la princesse Caroline de Hanovre. Bernice, la reine, est apparue coiffée d'un chapeau en forme de construction métallique multicolore. Le ballet dans lequel elle intervient, aujourd'hui encore et demain dimanche, s'intitule « Chapeau » et est dansé sur une musique de… Prince.

Car - et c'était l'autre surprise de la soirée - les Ballets de Monte­Carlo rendaient hommage au chanteur pop décédé la semaine dernière.

Maillot redevient danseur

On a vu un petit film, drôle comme tout, intitulé « Oskar », tourné il a quelques jours, dans lequel la même Bernice Coppieters et le directeur-chorégraphe Jean­Christophe Maillot dansent ensemble sur une musique dudit Prince en faisant autant de mimiques que De Funès dans son film homonyme « Oscar » avec un c ! La salle s'est amusée.

C'est là un grand moment d'émotion pour tous les amateurs de ballet car jamais le public monégasque n'a vu Jean-Christophe Maillot danser. Les trente ans de la compagnie de danse l'y ont encouragé. On ne peut que s'en réjouir.

Le reste de la soirée est consacré à deux autres ballets de Jiri Kylian. Car ce grand chorégraphe a offert de mettre en scène tout le spectacle en cadeau pour cet anniversaire des Ballets de Monte­Carlo. Il a donc fait interpréter deux de ses œuvres, « Bella figura » et « Gods and dogs ».

Un grand chorégraphe parvient à donner l'impression que les danseurs ne font qu'un avec la musique. Avec Kylian, c'est cela à la perfection. On en arrive à se demander si Pergolèse au XVIIIe siècle ou Beethoven au XIXe n'ont pas composé l'un son « Stabat mater » l'autre son 1er quatuor pour qu'un jour Kylian règle « Bella figura » ou son « Gods and dogs ».

C'est ainsi que nous sont apparus les magnifiques danseurs des Ballets de Monte­Carlo. Dans « Bella figura », les femmes évoluent seins nus. Dans « Gods », on voit un fantôme de chien hanter un écran en haut de la scène.

Lorsque Jiri Kilian est venu saluer à la fin, toute la salle s'est levé pour applaudir. Un mot s'impose : chapeau !


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.