Rubriques




Se connecter à

Les Ballets de Monte-Carlo applaudis à Paris

La princesse Caroline de Hanovre, le ministre d’État Serge Telle et de nombreuses personnalités monégasques et parisiennes ont assisté au spectacle donné au Théâtre des Champs-Élysées

Publié le 15/02/2019 à 10:12, mis à jour le 15/02/2019 à 10:12
Danseurs et musiciens sur la scène du Théâtre des Champs-Elysées.
Danseurs et musiciens sur la scène du Théâtre des Champs-Elysées. Manuel Vitali / Dir. Com.

Après deux représentations en décembre de la soirée « En Compagnie de Nijinski », en première mondiale à Monaco, les Ballets de Monte-Carlo ont présenté ce programme à Paris, au Théâtre des Champs-Élysées.

Une soirée déclinée en quatre courtes pièces : Daphnis et Chloé, de Jean-Christophe Maillot, directeur chorégraphe de la compagnie monégasque (2010), Aimai-je un Rêve ? de Jeroen Verbruggen (2018), Le Spectre de la Rose, de Marco Goecke (2010) et Petrouchka, de Johan Inger (2018). Les quatre représentations qui ont lieu du 8 au 10 février ont réuni près de 5 000 spectateurs, un véritable succès auprès du public parisien.

 

C’est la deuxième fois que les Ballets de Monte-Carlo sont accueillis au Théâtre des Champs-Élysées.

De nombreuses personnalités monégasques ont assisté au spectacle : la princesse Caroline de Hanovre, le ministre d'État Serge Telle, le conseiller de gouvernement-ministre de l’Intérieur Patrice Cellario, le directeur des Affaires culturelles Jean-Charles Curau, ainsi que des membres de la direction du Tourisme et des Congrès et la Société des Bains de Mer.

En parallèle de ces dates parisiennes qui réunissaient ballets et orchestre, une opération baptisée « Culture et gastronomie » a été proposée pour réunir entrepreneurs, journalistes et influenceurs autour d’un déjeuner au restaurant du Théâtre des Champs-Élysées, avec un menu aux saveurs monégasques préparé par le chef Benoit Witz, du Vistamar.

Offre numérique MM+

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.