“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

"Les Annales monégasques" fêtent leur 40e parution

Mis à jour le 07/11/2016 à 05:17 Publié le 07/11/2016 à 05:17
La parution a été présentée vendredi au souverain et à la princesse Caroline, à l'occasion d'une réception pour célébrer  les quarante ans des Annales et leurs auteurs.

La parution a été présentée vendredi au souverain et à la princesse Caroline, à l'occasion d'une réception pour célébrer les quarante ans des Annales et leurs auteurs. Photo Gaëtan Luci/Palais princier

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

"Les Annales monégasques" fêtent leur 40e parution

La revue historique des archives du Palais princier vient de paraître. Et pour cette année anniversaire, un site web est lancé pour proposer toutes les éditions aux internautes

À qui revient la paternité du nom Monte-Carlo ? Quelles toiles de Rembrandt faisaient partie de la collection du prince Jacques-1er ? Saviez-vous le faste déployé pour les funérailles du prince Honoré-II en 1 662 ? Ces questions et quelques autres sur l'histoire de la Principauté trouvent leurs éclairages dans le nouvel opus des Annales monégasques qui vient de paraître.

Un numéro 40 qui marque quatre décennies d'ouvrages historiques publiés par les Archives du Palais princier, toujours sous la direction de Thomas Fouilleron qui a fait appel aux auteurs Inès Igier-Passet, Michelle Noaro, Francesca Bottacin, Yves Giraudon, Julien Contes, Alain Quella-Villéger et Jacqueline Carpine-Lancre pour ce numéro 40 tiré à 850 exemplaires.

La sécession de Menton et Roquebrune…

Parmi les thématiques, l'étonnant récit des funérailles du prince Honoré II en 1662, dix mois après sa mort, avec une cérémonie solennelle marquée par le style baroque de rigueur à l'époque. Avec notamment la construction d'un gigantesque catafalque dans la nef de l'église Saint-Nicolas, à l'endroit où se situe aujourd'hui la cathédrale.

« Nous avons retrouvé des documents écrits de l'époque, dans une bibliothèque de Vintimille, qui traduisent le faste de cette cérémonie dans la lignée des us et coutumes des grandes cours d'Europe de l'époque, avec un cérémonial de l'information qui à l'époque assoit aussi l'importance de la dynastie des Grimaldi », note Thomas Fouilleron.

Autre chapitre de ces annales, l'histoire de la collection de tableaux, comme cette série de Rembrandt du prince Jacques-Ier, dispersés après la Révolution et aujourd'hui accrochés dans des grands musées, comme le Metropolitan de New York.

On peut lire également un intéressant article sur la sécession de Menton et Roquebrune, à la moitié du XIXe siècle, en décortiquant les articles de presse de l'époque dans L'écho des Alpes-Maritimes.

... et l'histoire du nom Monte-Carlo

Le document de l'année de ce quarantième volume, signé par Thomas Fouilleron, s'attache à rechercher l'invention du nom Monte-Carlo. Un patronyme imaginé il y a 150 ans, pour sonner plus glamour que plateau des Spélugues, et qui aurait été soufflé, selon les documents de l'époque, par le gouverneur général, Édouard Imberty.

Nouveauté cette année, les Annales sont désormais en ligne pour une entrée dans le monde virtuel.

Le site web www.annales-monegasques.mc doit être mis en ligne le 15 novembre et il sera possible de commander les anciens numéros en version papier (30 euros) ou version numérique (10 euros). Ou de lancer des recherches sur un thème précis pour acheter les articles qui s'y réfèrent, avec des résumés en français, anglais et italien.

L'ensemble de la collection est disponible. Et les amateurs pourront notamment retrouver en version numérique l'édition 2 002 des Annales monégasques, consacrée à la princesse Grace, et aujourd'hui épuisée.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.