“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les agents de l'État monégasque ont choisi leur défi solidaire

Mis à jour le 21/07/2016 à 05:12 Publié le 21/07/2016 à 05:12
Parmi les projets sélectionnés, celui d’Agustin, agriculteur péruvien, a reçu le plus de suffrages.

Parmi les projets sélectionnés, celui d’Agustin, agriculteur péruvien, a reçu le plus de suffrages. Photo DR

Les agents de l'État monégasque ont choisi leur défi solidaire

Lancé début juin, le premier défi solidaire de l'administration monégasque a recueilli le support de 800 votants.

Pour rappel, le projet, porté par la direction de la Coopération internationale, visait à sensibiliser les agents de l'administration à des projets de microfinancements en Afrique, Amérique du Sud ou Indonésie.

Des projets proposés et incarnés sur le site Babyloan, premier site européen de prêts solidaires, qui permet aux personnes à très faibles revenus de pouvoir accéder à un microcrédit pour monter ou développer une petite entreprise.

52 projets sélectionnés

Le gouvernement princier a mis à disposition une enveloppe globale de 100 000 euros pour le projet. Et après un mois de vote - chaque fonctionnaire pouvait voter trois fois -, 52 projets de micro-entrepreneurs ont été mis en exergue et vont pouvoir recevoir des financements. Parmi eux, un agriculteur péruvien, Agustin, qui a recueilli le plus de suffrages.

Les 52 micro-entrepreneurs sélectionnés via ce défi solidaire viennent du Bénin, d'Équateur, d'Haïti, du Honduras, d'Indonésie, du Nicaragua, d'Ouganda, du Pérou et du Maroc. Avec une priorité accordée aux femmes et aux pays d'Amérique du Sud.

Grâce aux microcrédits octroyés par le gouvernement au travers des institutions de microfinance (en moyenne 450 euros prêtés sur 9 mois), ces micros entrepreneurs vont pouvoir développer leur activité génératrice de revenus dans les domaines de l'agriculture, de l'artisanat et du commerce de détail. Ces revenus supplémentaires leur permettront notamment de pouvoir scolariser leurs enfants. Les premiers prêts sont déjà lancés…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct