“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Les 5 radios locales reprennent l'antenne dans le Mentonnais

Mis à jour le 19/09/2020 à 15:00 Publié le 19/09/2020 à 14:46
À sa création en 2004, radio Top Side innovait en émettant sur Internet.

À sa création en 2004, radio Top Side innovait en émettant sur Internet. Photo DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Les 5 radios locales reprennent l'antenne dans le Mentonnais

Les radios diffusant à Menton et dans les vallées ont en commun de proposer des contenus en phase avec leur temps, et adaptés aux attentes des auditeurs. Aperçu de leurs nouvelles grilles.

Elles rythment le quotidien de bon nombre d’habitants du Mentonnais. Les radios locales, qui ont réaffirmé leur rôle de proximité pendant le confinement, participent plus que jamais du lien social.

Les cinq structures que nous mettons ici à l’honneur ont chacune leurs particularités – à commencer par leur manière de diffuser.

Pourtant, une même vocation les unit : celle de prendre part au développement et à la valorisation du territoire.

Donner la parole à ceux qui font vivre le secteur, mettre en avant des initiatives, synthétiser l’actualité, décrypter des phénomènes... relève ainsi de leur noble mission. Qui implique d’évoluer, toujours, avec la société et les attentes.

Radio top side: une 17e saison sur Internet

Pour sa 17e année de diffusion sur Internet, Radio Top side s’est fixée deux grands objectifs : solidarité et proximité.

Non pas que ces maîtres mots aient été absents de la grille de la radio mentonnaise ces dernières années – loin de là – mais d’après Djé, le principal animateur, il était important de les renforcer.

Question de contexte. "Dans une année comme celle que nous vivons, on se doit d’être solidaires, d’accompagner les projets de développement. C’est dans notre ADN", glisse-t-il.

Focus sur les associations

Le Forum des associations de Menton ayant été annulé en raison de la crise sanitaire, la radio se propose ainsi – en accord avec le Centre communal d’action sociale (CCAS) – d’appuyer à sa manière l’ensemble des associations inscrites à l’événement.

Chacune d’entre elles pourrait être interviewée à propos de son activité et de ses futurs projets, puis exporter les podcasts qui en découlent sur ses propres réseaux sociaux.

L’emploi local a par ailleurs toujours été dans les priorités de la webradio mentonnaise. Depuis 5-6 ans, Radio top side propose notamment une application mobile où trouver les offres d’emploi sur le bassin en temps réel.

L’idée est désormais de tisser un même type de partenariat avec la Mission locale Est 06. "Chaque mois Julie Meuleman, chargée d’orientation, reviendra sur les actions et projets de celle-ci, pour les jeunes de 16 à 25 ans, dans les domaines de l’emploi, de la formation, de l’orientation, du logement, de la mobilité et de la santé", reprend Djé.

Parmi les forces de la radio – dont l’ancienneté rime avec fidélité – on évoquera par ailleurs les quatre heures de direct du lundi au dimanche. Avec le "Morning Décalé" (ou "Menton se réveille") de 8 h à 11 h et "Le Warm-up" de 18 h à 19h.

Ces émissions "mettent en avant l’actualité de nos partenaires et la promotion des commerçants, artisans, artistes et associations des villes et villages du littoral, du moyen et du haut pays accompagnée d’une programmation musicale fraîche et varié", synthétise Djé.

Détaillant le programme : actus, infos, musiques, chroniques, invités… et surtout, une grosse dose de bonne humeur. "Je fais en sorte qu’en dehors des flashs infos il n’y ait rien de négatif. On est plutôt dans les propositions, les solutions", souligne l’animateur.

Précisant favoriser les formats courts (et faciles à partager) d’1 à 3 minutes. De même que les interviews n’excèdent pas 5 à 8 minutes.

Quid des chroniques proposées chaque semaine ? Quelques nouveautés sont à signaler. À commencer par la rubrique "Écologie" d’Elisa Deville. Ou celle consacrée au sport moto, du jeune Melvin.

"Totale liberté"

"Il y a aussi la chronique "Top santé" qui marche fort. Christel parle chaque semaine de bien-être et de santé, et accueille une fois par mois un thérapeute ou un médecin."

S’il fallait résumer l’identité de Radio top side en quelques mots ? "C’est une radio musicale d’informations locales que l’on peut écouter partout dans le monde", expose Djé.

Assurant n’avoir aucune intention d’obtenir une fréquence FM. Pour une raison très simple : "Nous sommes attachés à notre totale liberté".

Agora Côte d’Azur (Menton)

Pour Agora Côte d’Azur Menton, la rentrée devrait se faire le 25 septembre. Dans la grille spécifique consacrée à la cité des citrons – de 7 h à 13 h – la responsable de la rédaction, Fathia Merfoud, explique avoir gardé tout ce qui fonctionnait.

Et notamment les formats courts. La pastille patrimoine de Josiane Tricotti, les lectures d’Alain Plas, la rubrique cuisine de Claude Canna, la chronique de Jean-Claude Guillaume à propos du handicap… "Mathieu Polidori proposera également le portrait d’un commerçant ou d’un créateur. Ils ont plus que jamais besoin d’être entendus aujourd’hui", poursuit la journaliste. Indiquant que le partenariat avec la Mission locale est aussi prévu pour durer.

"Du local au plus proche"

Certaines matinales – qui alternent information locale, agenda, jeux, musique, météo – s’achèveront notamment avec un jeune demandeur d’emploi ou un jeune qui s’en est sorti. "En somme, il n’y a que la chronique sur le théâtre qu’on arrête. Avec la crise de la Covid, c’est trop dur à couvrir. Je ferai moi des points sur la situation de manière ponctuelle", glisse Fathia Merfoud, qui anime pour sa part le magazine de la rédaction – Boulevard de la Riviera – tous les jours de la semaine à 11 h 30.

Dans ce cadre-là, le micro sera ouvert aux conférenciers désireux de donner leurs colloques à l’antenne. Autre nouveauté : l’émission L’Agora d’Orphée de Lionel Fernandez, dédiée aux musiques actuelles.

"On cherche toujours et encore à faire du local au plus proche. C’est le but profond des radios amateurs. Nous sommes le lien entre la population et les acteurs du territoire", fait savoir la responsable.

Indiquant que les animateurs sont ravis de reprendre, même si le contexte n’est pas des plus favorables. "D’un point de vue pratique, les locaux sont faits pour que l’on puisse être seul, la technique se faisant dans un box à part. Alors pas de danger. Un planning a été mis en place pour que chacun puisse venir enregistrer sans se croiser. Et on distribue à chaque animateur une bonnette (accessoire en mousse ou en nylon qui protège le micro) neuve."

 Côté rédactionnel, la situation contraint en revanche les équipes à s’adapter en permanence, beaucoup d’annonces prévues devant être retirées en raison de l’annulation de bon nombre d’événements.

Beaucoup d’incertitudes

"Nous sommes dans une période où il est difficile de prévoir des nouveautés tant il y a d’incertitudes, commente de son côté Gilbert Andruccioli, le président d’Agora Côte d’Azur. Ce qui me préoccupe, c’est de savoir quel développement on peut apporter à Agora Menton. La convention avec le CSA nous conduit à proposer quelques heures le matin seulement. Il faudrait amener des moyens pour envisager une extension des horaires."

Sauf que les subventions ont été considérablement réduites ces derniers temps. Aussi la radio associative a-t-elle besoin que des collectivités ou des entreprises s’associent à elle. "Le développement de la radio passera par la prise de conscience de l’importance de notre outil… qui est aussi le leur".

Dès 2021, la radio pourrait – sans certitude néanmoins – réussir à améliorer son confort d’écoute grâce à des conditions techniques meilleures, et étendre sa zone de diffusion vers Beausoleil et Monaco.

Radio fréquence Méditerranée

L’équipe de RFM pour la soirée de clotûre de la saison 2019-2020.
L’équipe de RFM pour la soirée de clotûre de la saison 2019-2020. Photo DR

RFM (pour Radio fréquence Méditerranée) souffle cette année ses trois bougies. Mais elle a déjà tout d’une grande (1.800 auditeurs par jour sur le web. Et, d’après un sondage maison, 1.500 par jour sur la FM).

D’abord diffusée sur Internet, puis via la bande FM (96.6), la "radio de la Riviera française", dont les studios sont implantés à Castillon, vient de voir sa fréquence temporaire renouvelée pour neuf mois. Entre autres grâce à ses programmes tournés vers la jeunesse et la pédagogie.

"Nous allons continuer nos émissions au sein des écoles. L’an dernier, on travaillait seulement avec la Villa Blanche. Saint-Exupéry à Menton, Saint-Joseph à Roquebrune et l’institution Stanislas de Nice se sont ajoutés", indique le fondateur de RFM, Jean-Luc Ghisolfo.

Précisant que l’ambition des débuts n’a pas changé : s’ancrer dans le local. Faire parler les gens d’ici, via des formats proches du talk-show.

Trois nouvelles émissions

Trois nouvelles émissions sont à signaler en cette rentrée. "À ta santé" donne ainsi la part belle à la médecine et à l’hôpital. "C’est Véronique, l’animatrice, qui me l’a proposé, tout simplement parce qu’elle en avait envie. Pour sa première, elle a parlé du bloc opératoire : comment on y arrive, comment ça se passe de l’entrée à la sortie."

Le nouveau rendez-vous "Ambition", animé par Élodie, traite quant à lui de création et de reprise d’entreprises, d’associations aussi.

À partir de début octobre, dans "Educ’ange" – du nom de l’association qui œuvre pour les transitions éducatives à Menton – Caroline axera par ailleurs sur la petite enfance, l’éducation, l’école.

Jean-Luc Ghisolfo ajoute que deux jeunes ont rejoint l’équipe cette année : Jimmy, un stagiaire qui étudie à l’école du journalisme de Nice (EDJ). Et Emeric, de Sospel, qui participe au "Lundi tout est permis".

"Dans cette émission, les animateurs ont un thème qui leur a été donné selon leurs envies mais pour le reste ils ont carte blanche. Il y a simplement des règles à respecter, et notamment : pas d’avis politique."

Pour cette nouvelle saison, il n’y aura pas deux mais bien trois animateurs originaires de Belgique.

Essentiellement pour ce qui a trait à la musique. Ces derniers envoient leur émission et charge à Jean-Luc, le "chef d’orchestre", de les caler dans la grille.

La matinale reviendra pour sa part à la mi-octobre. D’ici à la fin de l’année, RFM entend également mettre en place "Télex ", une sorte de répondeur où les associations pourront laisser un message en vue d’annoncer leurs manifestations. Les informations internationales seront désormais fournies par RFI (Radio France internationale).

"En février-mars on lancera des stages radios pendant un mois. Les personnes intéressées n’auront qu’à s’inscrire pour apprendre comment fonctionne une radio et essayer, complète Jean-Luc. Ma philosophie c’est le partage. J’ai envie de transmettre ce que je sais faire."

La crise de la Covid a-t-elle infusé dans la nouvelle grille ? Non, répond le responsable. Ou indirectement.

L’émission "Libre antenne", lancée pendant le confinement, devrait ainsi revenir les samedis matins à compter du mois d’octobre. Tendant le micro aux acteurs locaux, politiques et institutionnels.

"Je ferai aussi les démarches pour devenir une radio numérique. Aux USA, ils ont déjà basculé. La Hollande s’y met. C’est l’avenir…"

A Téla Briienca

Ce n’est pas à proprement parler une radio, mais le fonctionnement en est le même. À ceci près que dans sa toute fraîche Web TV "A Téla Briienca" – diffusée sur Facebook, et bientôt sur Youtube – Amédée Di Segni n’est pas autorisé à accompagner ses contenus de musique. La genèse du projet remonte au 19 mars, quelques jours après le début du confinement.

"Je me suis retrouvé bloqué à la maison et j’ai réfléchi à quoi faire. Rapidement, j’ai pris conscience qu’avec ces mesures on avait perdu le lien qui nous unissait dans la vallée, commente le Breillois. J’avais une webcam, un micro, alors j’ai commencé à parler. J’ai fini par rassembler toutes les informations locales durant une heure le midi, et une heure le soir."

Le concept prend, l’interaction se recrée. Amédée Di Segni décide de poursuivre l’aventure pendant la période du déconfinement. Puis de continuer pour de bon. "J’avais de nombreux retours, les gens m’ont encouragé. Alors j’ai monté l’association A Téla Briienca, avec pour mission d’informer sur tout ce qui a trait à la Roya", poursuit celui dont le bonnet est devenu une marque de fabrique.

Et qui a travaillé d’arrache-pied en juillet et en août pour monter une grille de programmes. On y retrouvera beaucoup de conversations, indique Amédée. "Dans les statuts, j’ai fait en sorte qu’il y ait deux représentants de la mairie dans le conseil d’administration – quelle que soit la mairie en place. Parce qu’il y a forcément un volet communication", poursuit-il. Soulignant avoir notamment commencé à retransmettre des conseils municipaux. "Pour l’instant, je suis très centré sur Breil, mais j’ai envie d’étendre cela au reste de la vallée…"

Radio vallée: micro tendu vers la Roya, la Bévéra et la Vésubie

Les équipes de "Radio vallée" – diffusée dans la Roya (101.2), la Bévéra (97.5) et la Vésubie (100.9) – ont fait leur rentrée officielle le 7 septembre, avec une grille renouvelée.

Alors que les émissions étaient jusqu’alors – pour la plupart – enregistrées, les auditeurs peuvent désormais bénéficier de deux rendez-vous en direct par jour.

La matinale de Clara et Laurent, de 7 h à 10 h. Et "Proxi vallée", de 16 h à 19 h, animée par Sylvia et Laurent. Actualité, agenda, offres d’emploi émaillent ces émissions.

Plus de proximité

"Nous avons fait un choix stratégique, cette année, d’axer sur davantage de proximité, souligne le responsable, Laurent Brochet. On va notamment développer les interviews par téléphone avec les auditeurs : nous lancerons un thème d’actu et ils pourront débattre."

Radio Vallée innove par ailleurs en lançant cette année une grosse émission, l’invité politique de la semaine. "L’idée est d’inviter des élus des vallées pour un plateau d’une heure – qui sera diffusé le samedi matin et le dimanche soir. Le premier que je recevrai sera Éric Ciotti", reprend le président.

Indiquant que les politiques seront amenés à parler des vallées, des problèmes rencontrés, mais aussi de leur développement.

Autre nouveauté à signaler : le "Zoom association", diffusé à 12 h et à 15 h. "C’était une demande des auditeurs et des associations. Il en existe beaucoup mais elles ne sont pas toujours connues. C’est notre rôle de les faire découvrir."

La radio "entre mer et montagne" pourrait également reprendre ponctuellement le modèle d’émissions développées pendant le confinement avec "Actu sud".

DAB +

"Des grandes personnalités sont intervenues à cette occasion. Nous avions notamment échangé avec Jean Lasalle. On continuera probablement de le faire pour des thématiques très fortes. Les rendez-vous par visio sont une bonne solution quand les intervenants ne peuvent pas se déplacer."

À noter, enfin, que Radio Vallée vient d’être autorisé par le CSA à émettre ses programmes sur une nouvelle zone s’étendant de Menton à Cannes via le DAB + (radiodiffusion numérique).


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.