“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Les 200 ans des carabiniers à travers la carte postale

Mis à jour le 08/12/2017 à 05:18 Publié le 08/12/2017 à 05:18
Le président de l'Association des cartophiles de Monaco, Patrick Occelli (à droite), et René Yves Dubos, collectionneur et membre de l'association, n'étaient pas peu fiers de présenter leur ouvrage lors du salon MonacoPhil, la semaine dernière à l'espace Léo-Ferré.

Le président de l'Association des cartophiles de Monaco, Patrick Occelli (à droite), et René Yves Dubos, collectionneur et membre de l'association, n'étaient pas peu fiers de présenter leur ouvrage lors du salon MonacoPhil, la semaine dernière à l'espace Léo-Ferré. Jean-François Ottonello

Les 200 ans des carabiniers à travers la carte postale

En ce 8 décembre, le Corps des carabiniers fête les 200 ans de son avènement. Un anniversaire marqué par la publication d'un recueil de cartes postales adoubé par le prince Albert II

Débutée le 20 janvier dernier, jour de la Saint-Sébastien - saint patron de la Compagnie -, la célébration du bicentenaire des Carabiniers se poursuit avec la parution, aujourd'hui, de Les Carabiniers du prince à travers la carte postale.

Un Bulletin de 76 pages réalisé par l'association des cartophiles de Monaco, en partenariat avec Sylvie Ruau, membre de l'association et chargée d'inventaire du fonds photographiques du Palais princier, et le concours du Musée des Princes et leurs Gardes de la Compagnie des Carabiniers du Prince. Un ouvrage de mémoire dont la date de sortie coïncide, jour pour jour, avec le 200e anniversaire du décret portant création du Corps des Carabiniers.

« Cette édition vient clôturer l'année du bicentenaire permettant aux générations futures de carabiniers d'honorer leurs anciens », se félicite, en préface, le Maréchal des logis-chef, Bruno Vogelsinger, responsable du Musée des Princes et de leurs Gardes.

Le prince Albert II, lui-même, a prêté sa plume à cette édition spéciale du Bulletin des Carabiniers, remerciant l'association des Cartophiles de Monaco de « mettre en lumière » les « "gardes"» de sa famille et de son Palais, « qui partagent aussi les heures heureuses et tristes de notre Dynastie à laquelle ils sont indissolument liés. »

Déclinée en chapitres chronologiques traitant des règnes de Charles II à Albert II, cette édition spéciale du Bulletin des cartophiles, plus qu'un simple recueil de vues d'époque, permet de replonger dans le Monaco d'antan. Celui du tramway de la place d'Armes, du Fontvieille pré-extension, du mariage de la princesse Grace et du prince Rainier III… jusqu'à l'intronisation du prince Albert II le 19 novembre 2005.

« Ce banal petit morceau de carton »

« ça aura été une belle expérience, avoue Patrick Occelli, président de l'Association des Cartophiles de Monaco, qui profite de la publication pour mettre en relief avec ses ami(e)s cartophiles l'histoire de « ce banal petit morceau de carton que tout le monde a, un jour ou l'autre envoyé ou reçu ».

On apprend ainsi que Monaco a émis sa première carte postale imprimée officielle, avec le timbre du prince Charles III, en 1873. Ou que la première carte photographique de la Principauté fut éditée en 1892.

Tiré à 700 unités dans un premier temps - et dans un format vertical inhabituel, l'ouvrage sera remis à chacun des 121 militaires en fonction en 2017, ainsi qu'aux membres de l'association et officiels. Il est également disponible sur adhésion à l'association.

« Même si de notre jour, la carte postale est bien souvent remplacée par "l'e-card", elle reste à jamais patrimoine pour l'humanité », conclut Patrick Occelli.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct