Rubriques




Se connecter à

L'emblématique place du Pin de Nice portera bientôt le nom de Jean-Paul Belmondo

La nation s’est recueillie, jeudi, aux Invalides devant le cercueil de Jean-Paul Belmondo. Une cérémonie à la fois solennelle et populaire. Des hommages ont eu lieu également à Nice, où le maire de Nice, a annoncé une future place pour Bébél.

Eric Galliano Publié le 10/09/2021 à 06:40, mis à jour le 10/09/2021 à 08:06
Les Niçois ont rendu un dernier hommage à Jean-Paul Belmondo. Photo S.B

Pas de minute de silence mais un instant de recueillement en musique. Sur la BO d’Itinéraire d’un enfant gâté, composée par le Niçois Francis Lai. Nissart, Jean-Paul Belmondo l’était au moins de cœur.

"Il aimait tant les fleurs de Nice, ses parfums, il aimait tant les gens d’ici, le peuple de Nice", a rappelé Christian Estrosi, jeudi soir, lors de l’hommage niçois rendu à l’acteur sur la place Pierre-Gautier. Le maire de la capitale azuréenne a, d’ailleurs, annoncé que l’un des lieux emblématiques de la ville porterait bientôt son nom. C’est la place du Pin, dans le quartier du port, qui sera rebaptisée. Un cycle Belmondo va également être programmé à la cinémathèque.

Une foule simple et sincère

En attendant, ce sont quelques dizaines d’anonymes qui sont venus lui dire au revoir hier. L’émotion était palpable : simple et sincère. Comme le personnage qu’incarnait Bébel. Et le souvenir qu’en garde Dominique.

 

Elle a eu "la chance" de croiser, un jour, la star. "C’était à Monaco. Mon petit bouledogue faisait des siennes. J’essayais de la contenir et quand j’ai levé la tête... Je l’ai vu là devant moi. Il a dit qu’il trouvait mon chien joli. Il aimait les animaux. On a échangé quelques mots. Il était d’une gentillesse infinie." Mais la plupart de ceux qui sont venus déposer une rose blanche au pied de l’un des portraits géants de l’exposition "de Bébel à Bébert" n’ont finalement connu Jean-Paul Belmondo que par écran interposé. Et pour Jean-Louis, Bébel est tout simplement "l’un des derniers grands acteurs français", "de la trempe de Ventura ou de Gabin".

Le préfet présent

Une réminiscence du passé en somme. Même le préfet Bernard Gonzalez, également présent, laisse parler les souvenirs du "gamin de banlieue" qu’il était et qui "a grandi avec Belmondo et ses films". Du coup, en lui rendant ce dernier hommage, Dominique – et peut-être bien d’autres comme elle – a un peu l’impression de "dire au revoir à toute une époque".

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.