“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Yacht-club de Monaco souhaite créer une "mini Silicon Valley" du yachting

Mis à jour le 19/03/2018 à 11:08 Publié le 19/03/2018 à 11:10
Monégasques et Tropéziens se sont retrouvés au Yacht-Club de Monaco pour tisser des liens plus étroits en matière d'innovation dans le yachting.

Monégasques et Tropéziens se sont retrouvés au Yacht-Club de Monaco pour tisser des liens plus étroits en matière d'innovation dans le yachting. Photo Michaël Alesi

Le Yacht-club de Monaco souhaite créer une "mini Silicon Valley" du yachting

3.600 yachts se croisent chaque été sur les côtes de la Riviera française. Une opportunité pour Bernard d'Alessandri, le secrétaire général du Yacht-club de Monaco, qui encourage les maires à miser sur l'industrie du yachting.

"Transmission, éducation, innovation": voici les trois principaux "points de rencontre" que Bernard d'Alessandri, secrétaire général du Yacht-Club de Monaco, veut consolider pour qu'une "mini Silicon Valley" du yachting se crée entre la Principauté et Saint-Tropez, notamment grâce à la nouvelle génération d'ingénieurs.

Car si l'industrie des yachts et super-yachts est méconnue, et globalement cantonnée dans un système anglo-saxon, elle représente toutefois à Monaco le quatrième secteur le plus porteur en terme de chiffre d'affaires.

"Et cette industrie va devoir bouger."

C'est valable en terme de législation: "Si le pavillon monégasque changeait, ce serait des rentrées d'argent phénoménales pour Monaco".

C'est également vrai pour le développement de nouvelles technologies.

"Aujourd'hui, il faut regrouper les gens qui réfléchissent. Le bateau du futur est imaginé par de nouvelles têtes."

Ainsi, du 12 au 14 juillet, le Yacht-Club organisera son cinquième "Solar & Energy boat challenge". Une sorte de concours Lépine du yachting.

L'objectif: promouvoir et optimiser les systèmes de propulsion propre. Un événement unique au monde, organisé en collaboration avec la Fondation Prince Albert II de Monaco, la Fondation Hydros et l'Union Internationale Motonautique.

70% de la flotte mondiale

Si Bernard d'Alessandri tient autant à faire évoluer le yachting, c'est aussi parce que la Côte d'Azur est la première destination mondiale des bateaux de grande plaisance en terme de chiffre d'affaires.

"70 % de la flotte mondiale passe dans les eaux azuréennes chaque année. Ce sont plus de 3 600 yachts du monde entier qui s'y croisent en saison."

Le secrétaire général du Yacht-Club de Monaco a donc invité le maire Georges Marsan et Jean-Pierre Tuveri, son homologue de Saint-Tropez (également ambassadeur de "La Belle Classe Super yachts" depuis 2010) pour renforcer leurs liens sur ce sujet.

Alors que le "Monaco Solar and Energy Boat Challenge" met à l'honneur toutes les formes de propulsion, les Tropéziens travaillent sur les carènes lors de l'Hydrocontest (2-9 septembre 2018), premier concours étudiant dédié à l'efficience énergétique maritime.

À la fois outils d'éducation, de sensibilisation et incubateurs d'idées et de technologies, ces deux événements rassemblent les ingénieurs de demain autour d'une problématique : imaginer et construire le yachting de demain.

Rêve ou réalité? "Un bateau à foil de 9 mètres a été construit et consomme dix fois moins que les autres. Il est actuellement à Dubaï et sera présenté à Monaco à partir du Grand Prix."


La suite du direct