“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le théâtre, l'art de la vie

Mis à jour le 23/07/2018 à 05:09 Publié le 23/07/2018 à 05:09

Le théâtre, l'art de la vie

Cette année, le Théâtre du Fort Antoine fête sa 48e édition estivale avec un programme tout aussi éclectique que les précédents et façonné avec soin par une équipe de passionnés

Rien ne destinait le fort Antoine à devenir un théâtre. Et pourtant, depuis 1970, à l'initiative du Prince Rainier-III, il est un des lieux culturels incontournables de la Principauté. Jo Bulitt, le programmateur et Charles Curau, directeur des Affaires culturelles ne sont pas non plus étrangers à cela, tant ils sont passionnés par le lieu mais aussi par l'art théâtral.

« Chaque saison nourrit la suivante »

Tous les ans, chaque été, une fois par semaine, une troupe se produit sur la scène de pierre du théâtre. Et c'est Jo Bulitt, en totale liberté qui est chargé de la programmation au caractère international, avec des compagnies venant d'Iran, d'Israël ou encore d'Argentine, mais aussi éclectique avec du théâtre physique, musical et des marionnettes. « Nous proposons de la nouveauté, des choses que nous ne pourrions pas trouver ailleurs. Ce que nous voulons, c'est faire découvrir, intéresser le public, tout en participant à l'activité culturelle monégasque », précise Jean-Charles Curau avant d'ajouter que « chaque saison nourrit la suivante, car avec Jo, nous tirons des leçons de la précédente pour mettre en place la prochaine. »

Un programme riche, varié et parfois qui colle parfaitement à l'actualité.

La première pièce de cette saison était intitulée « Italie-Brésil 3-2 ». Pile pendant la Coupe du monde.

Le public est toujours au rendez-vous. Avec une capacité de 350 personnes, les gradins sont pleins ou presque à chaque représentation. Le cadre est magnifique et les pièces sont choisies avec amour et passion.

Pas de mur, seulement la mer, le port et le ciel noir pour seules cloisons.

Et même si l'espace sur scène est restreint, le duo arrive toujours à proposer de belles choses comme nous le raconte Jo Bullit. « On ne peut pas tout faire ici, il y a quand même des limites techniques. C'est un théâtre de plein air. Mais malgré cela, on arrive à faire de belles choses. L'année dernière, on avait un bateau sur la scène pour « Le Radeau de la méduse » de Thomas Jolly, on a eu des roulottes aussi, à l'occasion de la représentation de « Médée ». On a fait des choses incroyables avec des artistes formidables », se souvient le programmateur.

Une rencontre avant tout

« Le théâtre en plein air est vraiment quelque chose de différent, les éléments autour de nous apportent tellement » explique Jo Bulitt.

« La terre, les ondes qu'elle dégage, le ciel, la lune ou même encore le vent nous donnent vraiment une sensation particulière selon les pièces jouées. Et puis, il y a aussi la proximité avec les acteurs, on a l'impression qu'ils ne jouent que pour nous », ajoute le directeur des affaires culturelles.

Car le théâtre, c'est une rencontre avant tout, dans un lieu, à un moment précis durant lequel une histoire se raconte. Une histoire qui reflète souvent l'homme et sa condition.

Et puis comme l'explique si bien Jean-Charles Curau, « le théâtre, c'est l'art qui ressemble le plus à ce qu'est l'homme. Les problèmes d'antan sont finalement les mêmes que maintenant, mais racontés différemment. » Il s'adresse donc à tous, quel que soit l'âge, le sexe… Des critères ? Il n'y en a pas. Et pour les deux amis, ce qui vaut pour le théâtre, vaut aussi pour tout ce qui a trait à la culture sur le Rocher.

L'exception culturelle monégasque

La force culturelle de Monaco réside dans sa diversité et son accessibilité. « Partout sur le Rocher, il y a cette recherche perpétuelle de l'excellence », précise Jo Bulitt, avant d'ajouter « qu'il s'agit d'une excellence accessible au plus grand nombre. »

Aucune manifestation culturelle n'est réservée à une élite. Les différents souverains ont toujours voulu que la Principauté brille notamment par sa surface et sa diversité culturelle.

Le Théâtre du Fort Antoine en est d'ailleurs un bon exemple, puisque les spectacles sont entièrement gratuits. Et grâce au travail et à la passion de Jo Bulitt et de Jean-Charles Curau, le Théâtre du Fort Antoine a encore de belles années devant lui et sur son sol de belles pièces à venir.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.