“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Studio de Monaco fête ses 80 ans

Mis à jour le 04/12/2019 à 10:26 Publié le 04/12/2019 à 10:25

Le Studio de Monaco fête ses 80 ans

À l’occasion de ses 80 ans, le Studio de Monaco s’est produit les 29 et 30 novembre au Théâtre des Variétés dans Chat en poche, un vaudeville de Georges Feydeau, dans une mise en scène d’Ariane Alban.

À l’occasion de ses 80 ans, le Studio de Monaco s’est produit les 29 et 30 novembre au Théâtre des Variétés dans Chat en poche, un vaudeville de Georges Feydeau, dans une mise en scène d’Ariane Alban. Parmi le public conquis, le prince souverain a assisté à l’une des représentations.

Placé actuellement sous la présidence de Béatrice Cellario, le Studio de Monaco, en résidence au Théâtre des Variétés, a été fondé en 1939 par un petit groupe de passionnés de théâtre mené par Guy Brousse, considéré alors comme l’un des meilleurs imprésarios de théâtre en France. La princesse Antoinette, sœur du prince Rainier III, accepta d’emblée la présidence d’honneur et c’est aujourd’hui sa fille, la baronne de Massy, qui lui succède.

Des cours sont proposés à tous les publics, de 7 à 99 ans, dans différents domaines artistiques : théâtre pour les « benjamins », « ados » et « adultes » débutants et confirmés, cours de danse contemporaine, flamenco et renforcement musculaire, ainsi que des cours de chant.

En 1957, le Studio a également créé le Festival mondial du théâtre amateur qui rassemble tous les quatre ans à Monaco des troupes venues de pays du monde entier.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.