Rubriques




Se connecter à

Le Sporting hypnotisé par le Moulin Rouge

Les danseuses du plus prestigieux cabaret du monde ont participé à l'enregistrement de l'émission, hier soir, de Patrick Sébastien, « Le plus grand cabaret du monde »

Publié le 02/06/2018 à 05:04, mis à jour le 02/06/2018 à 05:04
Les danseuses du Moulin Rouge se sont prêtées au jeu des photos pour Monaco-Matin. En coulisses, dans les loges et sur le parvis du Sporting.
Les danseuses du Moulin Rouge se sont prêtées au jeu des photos pour Monaco-Matin. En coulisses, dans les loges et sur le parvis du Sporting.

19 h 15 pétantes. Patrick Sébastien entre sur la scène scintillante du Sporting. En coulisses, les jeunes femmes du Moulin Rouge sont prêtes. Une heure pour se maquiller, se coiffer et enfiler un costume fait sur mesure pour chacune d'entre elles. C'est elles qui vont faire l'ouverture de l'enregistrement du Plus grand cabaret du monde, qui s'est tenu, hier soir en Principauté. Sur le plateau, elles vont réaliser deux minutes de leur spectacle Féerie.

L'émission de la vedette de France 2, fête ses vingt ans. Tout un symbole. En 1998, la première de cette émission devenue culte s'était tenue au… Moulin Rouge. Un retour aux sources.

 

C'est parti, les plumes - naturelles - des danseuses virevoltent sous les projecteurs. Derrière le rideau, Alain Delon, le parrain de l'émission, attend, lui aussi de rentrer en piste. Derrière lui, Canteloup, Véronique Jannot ou encore Pamela Anderson.

C'est fini. Place à l'émission. Les seize danseuses qui avaient fait le déplacement jusqu'à Monaco viennent de terminer leur ouverture. Elles filent dare dare dans leur loge. Les danseuses vont devoir changer de costume pour le final. Cette fois, trois minutes, sur la chanson de Patrick Sébastien sur les… cabarets.

Aujourd'hui, elles reprennent le chemin du Moulin Rouge, cette institution dont la magie a rayonné hier à Monaco.

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.