“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le souverain auprès de l’empereur Naruhito

Mis à jour le 24/10/2019 à 10:06 Publié le 24/10/2019 à 10:06
Répétant une tradition datant du VIIe siècle, la cérémonie d’intronisation du nouvel empereur était suivie par 2 000 convives.

Répétant une tradition datant du VIIe siècle, la cérémonie d’intronisation du nouvel empereur était suivie par 2 000 convives. Host Photo/Enthronement Ceremony

Le souverain auprès de l’empereur Naruhito

Le prince Albert II a assisté au Palais impérial de Tokyo à la cérémonie d’intronisation du nouvel empereur dans un faste et une élégance représentatifs de la culture japonaise

C’est un moment historique pour le Japon. À Tokyo, mardi, le pays a assisté à l’intronisation de son nouvel empereur, Naruhito, officiellement proclamé et installé sur le trône du Chrysanthème.

Le nouvel empereur, 59 ans, a succédé à son père, Akihito, qui avait abdiqué en sa faveur le 1er mai dernier. Une date à laquelle s’est ouverte l’ère Reiwa (l’ère de la belle harmonie) pour le début du règne de Naruhito dont l’acmé était cette cérémonie exceptionnelle au cœur du Palais impérial.

Un moment solennel qui a réuni quelque 2 000 invités autour de la famille impériale. Dont le prince Albert II, présent au Japon depuis quelques jours pour prendre part à ces festivités.

En 1990, alors prince héréditaire, Albert II avait déjà assisté aux cérémonies d’intronisation de l’empereur Akihito.

Près de trente ans plus tard, parmi les membres de familles royales et chefs d’État de 150 pays, le prince Albert II, huitième dans l’ordre protocolaire des invités, était notamment entouré du prince Charles d’Angleterre, du roi d’Espagne Felipe VI, du roi de Suède Carl XVI et sa fille, la princesse Victoria. Mais aussi du sultan de Brunei et de l’ancien président de la République, Nicolas Sarzoky, mandaté pour représenter la France à cette cérémonie.

Triple « Banzaï ! »

Une cérémonie qui n’a duré qu’une trentaine de minutes. Dans la salle du Trône du Palais impérial, appelée chambre des Pins, l’empereur et l’impératrice sont apparus en costumes traditionnels sous des baldaquins.

Une tradition maturée au raffinement du Japon, avec un souci de l’élégance et des traditions de ce rituel exceptionnel qui remonte au VIIe siècle. Notamment pour l’impératrice Masako, qui portait une superposition de douze tenues représentant plus de 20 kg d’étoffes.

Après le discours de l’empereur, au cours duquel ce dernier a promis de prier toujours « pour le bonheur du peuple japonais et la paix mondiale », le Premier ministre a prononcé trois fois le mot « banzaï » en levant les mains vers le ciel, repris par les hautes personnalités japonaises, signifiant « longue vie à l’empereur ». Dans la soirée, l’empereur et l’impératrice ont offert un banquet, toujours au Palais impérial, pour 500 invités.

Rencontre avec Shinzo Abe

Pour le prince Albert II, le déplacement au Japon se poursuit encore quelques jours. Ce vendredi, il doit s’entretenir avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe. Une rencontre qui succédera à un dîner que le Premier ministre et son épouse offraient hier soir en l’honneur du nouvel empereur.

Enfin, après cette partie officielle, une séquence culturelle doit s’ouvrir pour le souverain en fin de semaine, au cours de laquelle il visitera deux expositions à Tokyo.

Après les cérémonies, un banquet était offert par l’empereur et l’impératrice au Palais impérial.
Au cours de la cérémonie, le prince Albert II était aux côtés du grand-duc Henri de Luxembourg.
Rompant à la tradition, l’impératrice Masako portait une superposition de douze tenues.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.