“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Le Solenzara, sur le lent chemin de la renaissance

Mis à jour le 11/08/2017 à 05:07 Publié le 11/08/2017 à 05:07

Le Solenzara, sur le lent chemin de la renaissance

Fin août, des travaux débuteront pour rénover ce restaurant près du centre nautique de Roquebrune. L'ouverture est prévue pour l'été prochain et devrait redynamiser les lieux

Les accès sont condamnés par un mur en béton. Les vitres cassées. Les murs décrépis et tagués à la va-vite. Depuis sa fermeture en 2012, le Solenzara dépérit. Une verrue architecturale en pleine zone littorale et touristique de Roquebrune.

Mais bientôt un vilain souvenir puisque des travaux de rénovation devraient débuter à la fin du mois pour une ouverture du restaurant-plage avant l'été prochain. Gros œuvre, électricité, plomberie, aménagement paysagerie... Près d'1,5 million d'euros HT de travaux au frais de la municipalité. La décoration intérieure et extérieure incombera, elle, à l'exploitant choisi au terme d'un appel d'offres pour une délégation de service public (DSP).

Reste, justement, à dénicher un gestionnaire de confiance pour relancer l'enseigne, cher aux cœurs des Roquebrunois depuis sa naissance en 1974. Car en 2012, celui-ci n'avait plus de grâce aux yeux de la municipalité. Avec un divorce mal consommé.

Un bâti moderne et épuré

« Nous avions un exploitant qui ne respectait pas le cahier des charges et qui n'avait pas réalisé les investissements qu'ils s'étaient engagés à faire. La redevance fixe et le pourcentage du chiffre affaires ne nous étaient plus reversés », explique le maire, Patrick Césari. Un contentieux judiciaire est d'ailleurs toujours en cours entre les deux parties. S'en est suivie une longue période d'attente, cinq années, avant que la réouverture ne soit officialisée. « Il y avait un budget à dégager, il fallait être certain qu'on puisse mener ce projet, justifie Patrick Césari. Il y a eu une longue discussion avec les services de l'État qu'il a fallu convaincre de nous donner une autorisation pour l'exploitation des lieux. »

La rénovation profitera aux associations nautiques

Le feu vert de l'État donné, ce fut le moment de repenser entièrement les lieux, dans la lignée du bord de mer en pleine métamorphose. La future « coque » du restaurant se veut moderne et épurée. Avec une capacité de places assises estimée à 370, avec presque autant de places dehors que dedans. Selon toute vraisemblance, la restauration sera méditerrannéenne. Côté plage, bon nombre de transats permettront aux locaux et touristes de se faire dorer la pilule avec de la petite restauration et un service de rafraîchissement.

Une rénovation qui devrait profiter aux associations nautiques (voile, paddle, pirogue, plongée...) installées au centre nautique de l'anse de Carnolès. « Ces associations n'ont pas de locaux spacieux. Avec une partie des espaces vides rénovées, il leur sera donné plus d'espace. On veut vraiment améliorer cette base nautique et lui donner plus de fonctionnalité », conclut l'édile roquebrunois.


La suite du direct